[Africa Diligence] La Bourse des valeurs de Casablanca, Maroclear et Finances News Hebdo ont organisé, le 7 décembre 2018, à Casablanca, la 4è édition du Meeting sur l’information financière. Le sujet est suivi de près par les veilleurs et analystes du Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE).

Pour cette édition 2018, les débats ont porté sur le thème : « Intégration économique et convergence des marchés financiers en Afrique ». Les participants qui ont pris part à cet événement ont échangé autour de la convergence des marchés financiers sur le continent en tant que levier pouvant permettre une meilleure intégration économique.

A cette occasion, Karim Hajji, Directeur général de la Bourse de Casablanca, a souligné que « l’Afrique est le continent le moins intégré économiquement et financièrement au monde. Le taux d’intégration en Afrique est de 4% seulement, alors qu’il est de 40% en Europe, 30% en Amérique latine et 25% en Asie ».  Pour lui, « si les marchés financiers étaient intégrés sur notre continent, les montants levés seraient bien plus importants que ce qu’ils sont aujourd’hui ».

Le directeur général de la bourse de Casablanca estime « qu’afin que les marchés financiers puissent jouer ce rôle d’intégration, il doit y avoir une harmonisation réglementaire et monétaire du marché ».

Pour sa part, Badr Benyoussef, Directeur du Développement de la Bourse de Casablanca, qui a également pris part à cette conférence, trouve que « l’intégration des marchés financiers africains est une nécessité comme la bancarisation des populations en Afrique. Il faut passer par la convergence des marchés pour pouvoir financer le développement du continent ». Pour que le marché financier puisse s’intégrer de la manière plus efficace, selon lui, il faut relever les trois défis suivants :

  • L’harmonisation et la standardisation des réglementations, des règles comptables et des pratiques du marché grâce à des pratique similaires non discordantes.
  • L’accessibilité et la visibilité des données : les données financières en Afrique ne sont pas suffisamment développées pour permettre aux investisseurs étrangers de connaître le marché africain, un point que tentent de combler Knowdys Consulting Group, le leader du conseil en intelligence économique, due diligence et business intelligence en Afrique.
  • La gouvernance : au niveau de la prise de décision de l’investisseur, le volet de la gouvernance est primordial, faute de quoi l’entreprise sera déclassée.

Parce qu’il regroupe les principaux acteurs de la due diligence sur le continent africain, le Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE) suit et décrypte de tels travaux dans le but de promouvoir l’intelligence financière en Afrique.

La Rédaction (avec BVC)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici