[Africa Diligence] Au cours des cinq dernières années, une dizaine de startups africaines lancées dans le secteur de la santé ont intégré Knowdys Database. Elles ont réussi à créer des solutions de haute technologie pour accroitre l’accès aux soins et faciliter le travail des professionnels de la santé en Afrique. La révolution est en marche.

Le paradoxe avec l’Afrique actuelle, c’est que ceux qui se rachètent une conscience en criant qu’elle émerge font attention à minimiser ses maux ; et ceux qui ne mettent en avant que ses souffrances sont taxés d’afropessimistes. Mais peut-on vraiment émerger sur les cadavres de millions d’enfants morts de paludisme ?

La vérité, c’est que malgré les gigantesques efforts déployés dans le domaine médical en Afrique, 90% des accidents mortels de paludisme dans le monde viennent du continent. D’après l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) 3,2 millions d’enfants y vivent avec le VIH dont une majorité en Afrique subsaharienne.

Dans cette partie du continent, l’accès aux professionnels de santé est particulièrement difficile en zone rurale où les politiques actuelles ont échoué à retenir un personnel suffisant et compétent. Au Cameroun, par exemple, Knowdys Database recense 58 cardiologues (diplômés des facultés reconnues) pour 22 millions d’habitants au 1er juin 2015.

Avec le mauvais état des routes et les coupures d’électricité à répétition, les patients doivent souvent faire de longs jours de voyage pour accéder à un centre de santé « correct et pas cher ». C’est dans cette tragédie que l’industrie de la santé mobile est née et qu’elle croit désormais à un rythme exponentiel sur le continent.

Au cours des cinq dernières années, une dizaine de startups africaines lancées dans le secteur de la santé ont intégré Knowdys Database, la base de données de Knowdys Consulting Group, leader du conseil en intelligence économique et due diligence en Afrique centrale et de l’Ouest.

La quasi-totalité de ces entreprises s’est donné pour mission de créer des solutions de haute technologie pour faciliter l’accès au soin et le travail des professionnels de la santé. C’est le cas de « Mobile Access », une jeune société qui développe des solutions logicielles permettant d’améliorer la santé des patients au moyen de téléphones portables.

« Mobile Access » a été fondée par l’Ougandais Kaak Yelpaala, diplômé de la prestigieuse université américaine de Yale. Ancien de la Clinton Health Access Initiative en Afrique de l’Est, il a développé une plate-forme basée sur le Web en vue d’aider les professionnels de la santé à communiquer avec les patients par le biais de mails et SMS.

Dans les faits, les médecins envoient des messages directement à leurs patients pour les interroger sur l’évolution de leurs traitements, évitant ainsi des interruptions préjudiciables de prise de médicaments, de longs trajets, des rendez-vous manqués ou des longues files d’attente.

Mais Yelpaala est loin d’être le seul entrepreneur utilisant la technologie mobile pour atteindre les patients et fournir de meilleurs soins. Knowdys Database en a recensé d’autres.

Pour lutter contre les médicaments contrefaits sur le marché africain, l’entrepreneur ghanéen Bright Simons est retourné à Accra pour créer « mPedigree Network » en 2009, une plateforme qui associe les technologies du web et de la téléphonie mobile pour lutter contre les faux produits. L’entreprise tire l’essentiel de ses profits de la vente de licences pour les codes de validation qui sécurisent des millions d’emballages de médicaments en Afrique et à l’international.

De son côté, le polytechnicien camerounais Arthur Zang a créé « CardioPad », à l’âge de 26 ans, la première tablette tactile médicale de poche en Afrique. Le fabuleux outil permet aux populations éloignées des centres de soins de passer un examen cardiaque. « CardioPad », c’est une tablette, un module d’acquisition des données du patient, un boîtier de transmission pour la télémédecine et 7 électrodes accompagnées de leurs câbles de connexion pour 3 000 dollars.

« Sans grands moyens au départ, ces jeunes entreprises prouvent, par les services à haute valeur ajoutée qu’ils rendent, que l’émergence économique de l’Afrique passera aussi par une révolution technologique dans la prise en charge des patients pauvres et/ou vivant dans les déserts médicaux », analyse Guy Gweth, fondateur de Knowdys Database.

Construite depuis une demi-douzaine d’années, et mise à jour (7 jours/7), grâce à des données et à des informations provenant des recherches primaires et secondaires, des bases de données commerciales et des décryptages effectués en interne par des experts en business intelligence, Knowdys Database est l’allié des gouvernements locaux et des entreprises actives au sud du Sahara. Pour booster la compétitivité des acteurs économiques locaux et internationaux sur les marchés africains, Knowdys surveille (24h/24) et produit des notes et rapports à haute valeur ajoutée dans 12 secteurs clés: agroalimentaire, assurance, aéronautique, automobile, énergies, banques, BTP, défense, éducation, industrie pharmaceutique, matières premières et Télécoms.

La Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici