[Africa Diligence] Sur une population de 872 932 habitants, Djibouti a enregistré près de 48% de chômage en 2013. Ce pays d’Afrique orientale ambitionne pourtant de réduire le chômage grâce à son Agence Nationale de l’Emploi, de la Formation et de l’Insertion Professionnelle. Voyage au cœur d’un dispositif juridique et institutionnel ambitieux.

Contrat de travail

Le Code du travail djiboutien prévoit deux principaux contrats de travail : le contrat à durée déterminée (CDD) et le contrat à durée indéterminée (CDI). Ils sont passés librement et par écrit. Le contrat de travail peut comporter une clause d’engagement à l’essai. Cette dernière permet à l’employeur d’évaluer l’aptitude professionnelle du travailleur et son rendement. Il donne également l’occasion au travailleur d’apprécier les conditions de travail, de vie, de rémunération, d’hygiène et de sécurité ainsi que le climat social de l’entreprise.

Pour ce qui est du CDI, la période d’essai n’est renouvelable qu’une fois et par écrit. Elle ne peut excéder :

  • 15 jours pour les employés, ouvriers et manœuvres payés à l’heure
  • 1 mois pour les employés, ouvriers et manœuvres payés mensuellement
  • 3 mois pour les agents de maîtrise, cadres et assimilés.

Pour ce qui est du CDD, la période d’essai est fixée en fonction de la durée du contrat. Elle ne peut cependant excéder :

  • 1 mois pour les employés, ouvriers et manœuvres
  • 3 mois pour les agents de maîtrise, cadres et assimilés.

Le CDD ne peut excéder 12 mois et il n’est renouvelable qu’une fois.

L’engagement à l’essai peut, à tout moment, cesser sans préavis ni indemnités de quelque nature que ce soit par la volonté de l’une des parties.

Tout étranger peut exercer une activité salariée à Djibouti, en vertu d’un CDD. Pour ce faire, il doit disposer d’un visa délivré par le Ministre chargé du Travail. Ce visa entraîne la délivrance d’une autorisation de travail pour une durée d’un an. Elle peut être renouvelée plusieurs fois et doit être présentée à toute réquisition des services du Ministère chargé du Travail ou des services des visas du Ministère de l’Intérieur.

Durée de travail

La durée légale de travail est fixée à 48 heures par semaine. Les heures de travail effectuées au-delà de cette période sont considérées comme supplémentaires. L’employé ne doit cependant pas excéder 60 heures par semaine ni 12 heures par jour (heures supplémentaires comprises).

Le repos hebdomadaire est obligatoire. Il est au minimum de 24 heures consécutives, en principe le vendredi.

Tout employé a droit à un congé annuel payé, à raison de 2 jours et demi ouvrables de congé par mois de service effectif. Le droit au congé est acquis après une période minimale de service effectif d’un an, appelée période de référence.

Partenariats Sociaux

Les salariés ou les employeurs peuvent constituer librement des syndicats dans des secteurs d’activités et des secteurs géographiques qu’ils déterminent. Ils ont le droit d’y adhérer et de se retirer librement, de même que les anciens travailleurs et employeurs ayant exercé leurs activités pendant au moins 1 an.

Lutte contre le chômage

Djibouti, c’est 48% de chômeurs pour une population de 872 932 habitants en 2013, selon la Banque mondiale. Dans l’optique de réduire ce taux de chômage, les autorités djiboutiennes ont créé l’Agence Nationale de l’Emploi, de la Formation et de l’Insertion Professionnelle (ANEFIP) en 2007. Elle constitue un outil d’intermédiation et d’insertion sur le marché de l’emploi pour tous les chômeurs. Cette structure contribue également :

  • au développement de l’information sur les opportunités en matière d’emplois et de formation
  • à la promotion de la formation professionnelle
  • au contrôle de l’application de certaines dispositions de la législation du marché du travail relatives aux travailleurs étrangers entre autres.

(Avec Knowdys Database, l’OIT, Coface et le Code du travail Djiboutien)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici