[Africa Diligence] Au croisement du bassin méditerranéen, de l’Afrique et de l’Asie, l’Égypte raconte une nouvelle histoire aux entreprises. Pour créer un environnement favorable aux affaires, le gouvernement a entrepris en novembre 2014 de réformer son code des investissements pour plus d’équité et de transparence. Au nom de Ramsès.

Des procédures souples de création d’entreprises

La General Authority For Investments (GAFI) est l’agence gouvernementale chargée de la promotion des investissements en Égypte. Elle assiste les investisseurs dans l’ensemble de leurs démarches administratives. Le pays garantit à toute personne physique ou morale de nationalité égyptienne ou étrangère, la liberté de s’établir dans le pays. La prise de participation majoritaire au capital d’une entreprise locale est autorisée.

Pour faciliter les procédures de création d’entreprises, la GAFI a créé un guichet unique : le « one stop shop ». C’est l’organe chargé des formalités de constitution des sociétés dans le pays. D’après le rapport Doing Business 2015, la création d’une entreprise en Égypte se fait en 07 étapes sur une durée totale de 08 jours. Le coût total de création ne représente que 9,2% du revenu par habitant contre 28,1% pour la moyenne de l’Afrique du Nord et du Moyen Orient. La réglementation égyptienne n’exige pas le dépôt d’un capital minimum lors de la constitution d’une entreprise. D’après la Banque mondiale, le pays occupe la 73e place sur 189 pays en termes de création d’entreprises, malgré une perte de six places par rapport au classement de 2014 (67e).

7 étapes pour créer son entreprise en Égypte

  1. Obtenir un certificat de non-confusion auprès du registre du commerce pour réserver le nom de l’entreprise
  2. Obtenir un certificat bancaire auprès d’une banque agréée
  3. Soumettre les documents de l’entreprise auprès du ministère des entreprises et obtenir la facture
  4. Authentifier le contrat de la société
  5. Obtenir le certificat de constitution
  6. S’inscrire aux impôts
  7. Ouvrir un fichier de l’entreprise et enregistrer les employés auprès de l’Autorité nationale de l’assurance sociale.

Des opportunités d’investissement

Malgré les turbulences politiques des trois dernières années, l’Égypte reste un marché porteur pour de nombreuses entreprises. La loi égyptienne sur l’investissement offre des opportunités d’affaires pour tout entrepreneur dans plusieurs secteurs. Les plus porteurs sont : l’industrie, l’agriculture, le tourisme, les TIC, les infrastructures et les produits pétroliers.

Le pays offre également des opportunités dans le secteur des énergies renouvelables. Ses ressources en énergie sont particulièrement intéressantes pour les investisseurs. Doté d’un des plus grands parcs éoliens dans le monde, l’Égypte est, en effet, le 2e pays le plus riche de l’Afrique en termes de gaz naturel. Afin de développer ce secteur encore relativement inexploité, le gouvernement égyptien encourage les investissements à s’y pencher.

Un accès à plusieurs marchés régionaux et internationaux

Membre du COMESA, l’Égypte bénéficie d’un accès préférentiel sur un marché de plus de 350 millions de consommateurs. Le pays est également signataire de plusieurs accords commerciaux dont les principaux sont : celui d’Agadir, du Greater Arab Free Trade Area (GAFTA) et l’accord de libre-échange entre le pays et la Turquie.

L’Égypte bénéficie en outre d’un partenariat avec l’Union Européenne (UE) qui établit une zone de libre-échange. À cet effet, toutes les marchandises exportées de l’Égypte à l’UE sont exemptées de droits de douanes. Grâce à ces différents accords, le pays offre aux entreprises un accès facile à plusieurs marchés régionaux et internationaux.

(Avec Knowdys Database, BM et le GAFI)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici