(Africa Diligence) Dans une enquête consacrée au pétrole africain dans Forbes Afrique de juin 2014, Guy Gweth, conseil en intelligence économique et fondateur de Knowdys Consulting Group, dévoile quelques secrets sur l’industrie de la raffinerie du pétrole en Afrique.

Extraits :

« Le tycoon nigérian va investir 9 milliards de dollars dont le tiers en fonds propres dans la construction d’une raffinerie de pétrole capable de produire 400 000 barils par jour.

« Au-delà de l’énormité du coût de la raffinerie, que représente celle-ci à l’échelle du Nigeria ? De l’Afrique ? Du Globe ? Quels bénéfices économiques ? Comment évoluera l’industrie mondiale de la raffinerie dans les décennies à venir ? Ce projet fera-t-il des émules en Afrique ? Forbes Afrique a mené l’enquête.

« Guy Gweth décrypte : ‘La base de données économiques de Knowdys recense 47 raffineries sur le continent africain. Cela nous donne une moyenne supérieure à une raffinerie par pays producteur. » Et il ajoute : « les spécialistes de l’intelligence économique qui analysent la situation des raffineries africaines sont frappés par deux choses. La première c’est qu’elles sont de petite taille et dépassées. Avec une moyenne d’âge de vingt-huit ans, nos infrastructures de raffinage sont inadaptées face à un marché aussi exigeant, évolutif que concurrentiel. […] La deuxième chose, c’est qu’elles sont assez peu entretenues, faute de moyens suffisants. Ce facteur écourte l’espérance de vie d’au moins 30% d’entre-elles. L’exemple le plus emblématique reste celui de la raffinerie de Lomé qui démarra ses activités en 1977 pour arrêter de fonctionner l’année suivante.’

La Rédaction (avec Serge Tchaha)

Retrouver l’enquête complète dans Forbes Afrique, juin 2014, pages 78-80, actuellement en kiosque.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici