[Africa Diligence] L’authentique intelligence économique africaine, dénuée d’influence, se construit sur les traces des défaites infligées aux économies du continent. Elle est tout, sauf théorique. C’est pourquoi le Centre africain de référence lance trois programmes clés pour la Diaspora, les parlements et les collectivités locales décentralisées d’Afrique en vue d’une compétitivité visible.

 1. Pro Collectivités Locales

Le PCL accompagne le développement, l’attractivité et la compétitivité des collectivités locales africaines dans leur quête de développement économique et d’amélioration des conditions de vie des populations à travers : les diagnostics, la veille multisectorielle, le montage des projets, le fundraising national et international. A la demande des Etats ou des régions, le PCL œuvre également à l’identification, à la structuration stratégique et à la promotion internationale des marques locales telles que le coltan de RDC, le phosphate de Tunisie, le Coton du Burkina, les fruits rouges du Maroc, le « Tchep » du Sénégal, le café du Burundi ou le « Ndolè » du Cameroun.

 2. Institut du Parlement Africain

En partenariat avec les Assemblées nationales et Sénats d’Afrique, et des universités de renom spécialisées en Public Affairs, l’Institut du Parlement Africain, initié par le CAVIE, contribue au renforcement des capacités et à la professionnalisation des corps de métiers utiles aux performances du travail parlementaire. Le CAVIE dispense ainsi des formations courtes, intensives et certifiantes d’Assistants parlementaires, Attachés parlementaires et Lobbyistes spécialistes de l’Afrique. La veille multisectorielle et l’intelligence parlementaire y occupent une place de choix.

3. Diaspora Connection for Africa

A la faveur du DCA et avec l’aide des organisations des Africains de l’étranger, le Centre entend former plusieurs milliers de membres de la Diaspora africaine, tous corps de métiers confondus, aux techniques de veille et d’intelligence économique adaptées aux besoins vitaux de l’Afrique. Leur vocation est de devenir les yeux et les oreilles du continent à l’extérieur des frontières africaines. L’effet final recherché est de faire de cette diaspora le premier pourvoyeur d’expertises et de technologies à haute valeur ajoutée pour le développement et la compétitivité du continent africain.

Ces trois programmes majeurs ont été rendus publics le 25 novembre 2018, par Guy Gweth, le président en exercice du Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique et responsable de « Doing Business in Africa » à Centrale Paris. Ils prennent effet à compter de ce jour et le Centre est ouvert aux requêtes des usagers.

Joseph Atangana

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici