(Africa Diligence) Notre sélection hebdomadaire en finance africaine : le Qatar actionnaire de la Deutsche Bank ; prévisions des actifs financiers au Maroc pour 2018 ; la RCA émet des bons de trésor sur le marché de la BEAC ; la banque centrale sud-africaine abaisse ses prévisions de croissance ; la BAD et Ecobank signent un accord de 200 millions de dollars.

Lundi 19 mai 2014 : « Le Qatar va devenir un actionnaire de référence de la Deutshe Bank »

Lu sur Echos du Faso

La première banque allemande, Deutsche Bank, a annoncé la deuxième plus grande augmentation de capital de son histoire. Le Qatar devient un actionnaire de référence grâce à cette augmentation d’un montant de 8 milliards d’euros. Elle comprend deux volets : le premier prévoit l’émission de nouvelles actions pour un volume de 1,75 milliard d’euros ; le second prévoit d’émettre jusqu’à 300 millions de nouvelles actions pour un volume de 6,3 milliards d’euros. L’opération permettra d’améliorer le ratio de fonds propres de Deutsche Bank, qui est actuellement à la traîne de ceux de ses concurrentes.

Mardi 20 mai 2014 : « Maroc : les actifs financiers islamiques devraient peser entre 5,2 et 8,6 milliards de dollars en 2018 »

Lu sur Afro Pages

En collaboration avec l’Institut islamique de recherche et de formation (IIRF), le rapport réalisé par Thomsom Reuters estime que : les actifs financiers islamiques devraient peser entre 5,2 et 8,6 milliards de dollars au Maroc en 2018. Cependant, le rapport énumère un certain nombre de faiblesses qui doivent être surmontées afin de libérer le potentiel de la finance islamique au Maroc. Il s’agit notamment de la méconnaissance des produits et services de la finance islamique par la population, du manque de compétences spécialisées et de la rareté des formations proposées par les universités marocaines dans ce domaine. En outre, ces reformes visent à attirer l’épargne des couches sociales marocaines pieuses et à attirer les institutions financières islamiques originaires des riches Etats pétroliers du Golfe.

 Mercredi 21 mai 2014 : « La République centrafricaine tentera de lever 5,5 milliards de Fcfa sur le marché des titres publics de la BEAC »

Lur sur Journal de Bangui 

Au moyen de deux émissions de bons du Trésor assimilables (BTA), la République centrafricaine (RCA) tentera de lever la somme de 5,5 milliards de francs cfa sur le marché des titres publics de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC). Ces deux opérations de mobilisation de fonds se dérouleront respectivement en juin (3 milliards de francs cfa) et août 2014 (2,5 milliards de francs cfa). Soulignons qu’avec ces émissions, la RCA deviendra ainsi le 3ème pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) à animer le marché des titres publics de la BEAC, après le Cameroun et le Gabon.

Jeudi 22 mai 2014 : « Afrique du Sud : la banque centrale abaisse ses prévisions de croissance, dans le contexte des grèves »

Lu sur Afrique Expansion

La Banque centrale sud-africaine a fortement réduit ses prévisions de croissance pour 2014, mettant notamment en cause l’impact de la longue grève qui affecte depuis quatre mois les principales mines de platine mondiales. Par ailleurs, elle souligne que les perspectives de l’économie ne comptent plus cette année que sur une croissance de 2,1 % contre 2,6 % attendues précédemment. Cependant, la prévision pour 2015 reste inchangée à 3,1 % et l’activité devrait reprendre quelque peu à +3,4% en 2016.

Vendredi 23 mai 2014 : « La BAD et Ecobank signent un accord de 200 millions de dollars »

Lu sur Financial Afrik

Lors de la cérémonie officielle des assemblés annuelles de la BAD à Kigali, cette institution d’aide au développement en Afrique, a signé un accord avec Ecobank. Conclu le mercredi 21 mai 2014, cet accord comprend deux facilités distinctes. La première concerne le partage des risques non financé de 100 millions de dollars, pour soutenir des opérations éligibles provenant de banques émettrices en Afrique. La seconde concerne un prêt de financement du commerce de 100 millions de dollars permettant à Ecobank de pouvoir disposer d’une capacité de financement du commerce au profit des entreprises locales et des PME en Afrique.

La Rédaction

– Rejoignez Africa Diligence sur Facebook

– Suivez Africa Diligence sur Twitter

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici