(Africa Diligence) Après être entré au capital de Fan Milk à l’Ouest, Danone acquiert 40% du kenyan Brookside Dairy, n°1 des produits laitiers en Afrique de l’Est. Le PDG de Danone, Franck Riboud, a fait de l’Afrique sa « nouvelle frontière ». Son agenda.

Danone continue d’avancer ses pions en Afrique, érigée au rang de «nouvelle frontière» par son PDG, Franck Riboud. Le groupe français vient d’acquérir 40% du capital de Brookside, n°1 des produits laitiers frais en Afrique de l’Est, pour un montant non communiqué. Il n’exclut pas de poursuivre sa montée au capital. «Cette opération représente un beau pas en avant dans notre développement en Afrique, et notamment en Afrique subsaharienne, après nous être renforcés l’an passé au Maroc et en Afrique de l’Ouest», explique au Figaro Emmanuel Marchant, responsable du développement de Danone dans les pays du Sud.

L’an passé, le leader mondial des produits laitiers est entré au capital du ghanéen FanMilk (49 %) en vue d’en prendre le contrôle: ce spécialiste des produits glacés lui donne accès à un réseau de plus de 31.000 vendeurs indépendants (dont 25.000 à vélo) présents notamment au Ghana, au Nigeria et en Côte d’Ivoire. Danone avait auparavant finalisé l’acquisition du contrôle de la Centrale Laitière au Maroc, où il est n°1 des yaourts et de la nutrition infantile.
Le plus large réseau de collecte de lait d’Afrique

Avec le kenyan Brookside Dairy, qui a réalisé l’an passé un chiffre d’affaires de 130 millions d’euros, Danone gagne à la fois le plus large réseau de collecte de lait en Afrique de l’Est (140.000 éleveurs) et un circuit de distribution unique: sa force de vente, composé à 40 % de personnes à vélo, dessert chaque matin 200.000 échoppes et boutiques, essentiellement au Kenya, en Ouganda et en Tanzanie. Au Kenya, le lait frais fait partie de l’alimentation quotidienne. Si le lait représente 80 % des ventes de Brookside, l’entreprise commercialise aussi des yaourts et du beurre sous ses différentes marques (Brookside, Ilara, Tuzo, Delamare, Even Fresh). Danone devrait notamment s’atteler à développer le portefeuille de yaourts de Brookside grâce à son savoir-faire. Il ne prévoit pas à ce stade d’implanter ses propres marques (Activia, Taillefine, Danonino…) dans cette région.

L’Afrique fait aujourd’hui partie des priorités de Danone en raison de sa croissance démographique et de son développement économique. Le groupe est aujourd’hui présent dans plus de quarante pays africains, principalement à travers ses métiers de produits laitiers frais (89 % du chiffre d’affaires) et de nutrition infantile. Il y possède dix usines où il fabrique à la fois ses marques internationales (Activia, Danette, Danonino) et locales, parmi lesquelles des yaourts longue-conservation (Mayo, UltraMel). Son chiffre d’affaires dans la région, qui était de 1,5 milliard d’euros l’an passé, a été multiplié par 2,5 en trois ans. Il provient essentiellement du Maghreb, de l’Égypte et de l’Afrique du Sud.

Compte tenu de l’étendue du territoire et de l’éclatement de la distribution locale, Danone cherche aujourd’hui à se renforcer, notamment en Afrique subsaharienne. «Nous n’excluons pas d’autres acquisitions en Afrique», prévient le groupe.

La Rédaction (avec LGH)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici