[Africa Diligence] Après avoir lancé en juillet 2018, 35 certifications en intelligence économique, le Centre africain de veille et d’intelligence économique multiplie les formations destinées aux dirigeants, comme celle qui se déroule jusqu’au 12 octobre 2018 à Ouagadougou.

Juriste de formation et auteur de « 70 chroniques de guerres économiques », le Camerounais Guy Gweth, 39 ans, préside le Centre africain de veille et d’intelligence économique (CAVIE). Diplômé de l’École de guerre économique et du Centre d’études diplomatiques et stratégiques de Paris, le fondateur du cabinet de conseil Knowdys Consulting Group plaide pour approche africaine de l’intelligence économique. Interview.

Jeune Afrique : Le CAVIE multiplie les initiatives pour promouvoir l’intelligence économique sur le continent. Pourquoi ?

Guy Gweth : Pour la simple raison que jamais auparavant, l’Afrique n’a été autant au centre des attentions mondiales. Il y a trois ans, nous avions calculé que jusqu’à 91 % des États dans le monde avaient une stratégie africaine, c’est-à-dire qu’ils vont à la conquête des marchés africains accompagnés de leurs entreprises.

Nous estimons absolument urgent pour nos pays d’appréhender cette réalité et d’y faire face de façon décente et juste. Les investisseurs arrivant en Afrique ont le plus souvent une perception négative de la situation. Beaucoup s’attendent à atterrir dans une zone de non droit, de corruption, etc. … et s’y adaptent ! Nous devons pouvoir filtrer le type d’investisseur.

Lire la suite sur  Jeune Afrique

La Rédaction (avec Nadoun Coulibaly)

Dans le même ordre d’idées, lire :

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici