[Africa Diligence] Le Renseignement et l’espionnage ne sont plus ce qu’ils étaient à la fin de la guerre froide. Si les mobiles restent sensiblement les mêmes, les méthodes et outils ont muté plus vite que les doctrines. « L’invité Afrique » du 25 décembre 2016, sur RFI, soutient que depuis Casanova, « les seuls espions avoués restent les ambassadeurs. »

Le 02 juillet 2013, alors qu’il était interrogé par la chaîne internationale allemande Deutsche Welle, sur l’affaire Snowden et son impact sur le continent noir, Guy Gweth avait clairement indiqué: « l’Afrique est sur écoute 24h/24 », précisant que les principaux centres de décisions africains étaient surveillés par les puissances ayant des intérêts en Afrique.

Le 25 décembre 2016, sur Radio France Internationale (RFI), le fondateur de Knowdys Consulting Group, cabinet leader du conseil en intelligence économique et due diligence en Afrique subsaharienne a, tour à tour, tenu à rétablir la vérité, à relativiser les lieux communs, et à rappeler les fondamentaux : « aucune puissance ne peut prospérer sans renseignement ».

La vérité est, dit-il, que les États-Unis et la Grande Bretagne ne sont pas les seules puissances à espionner les élites africaines, même s’ils en ont la charge, dans le cadre du programme PRISM, depuis 1947 via la station d’écoutes de Menwith Hill. Toutes les autres puissances ayant des intérêts en Afrique ont leur propre dispositif. Ce qui a changé, au cours des dernières années, souligne L’invité Afrique de RFI, c’est l’entrée en scène des privés. « Avec 150 euros, ils peuvent mettre le mobile d’un ministre sur écoute à partir d’un point fixe. »

Hors antenne, Guy Gweth soutient que les dangers qui guettent l’Afrique sont tels que les programmes d’enseignement en cours sur le continent doivent impérativement être renforcés, à défaut d’être révolutionnés. C’est pourquoi, annonce-t-il, un MBA spécialisé en intelligence économique et stratégie africaines ouvrira ses portes à la rentrée 2017 en vue de former « les gardiens de la révolution économique africaine dans un environnement devenu impitoyable ».

De RFI à Deutsche Welle, de CanalPlus Afrique à Africa News, de France24 à Africa24, de Jeune Afrique à Forbes Afrique, de Financial Afrik au Point Afrique, de l’Agence Ecofin à Les Afriques, etc., Guy Gweth est régulièrement convié par les grands médias internationaux, comme les investisseurs, lorsqu’ils recherchent une expertise africaine originale, pointue, et documentée, sur des questions économiques et stratégiques.

Réécoutez Guy Gweth au micro de Anne Cantener ICI.

Dans le même ordre d’idées, et du même intervenant, lisez:

Pratiques d’espionnage économique en Afrique

Le cryptage de haute puissance, dernier rempart contre l’espionnage électronique?

Les services de renseignements africains attendus sur le front de la guerre économique

La Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici