[Africa Diligence] Au cœur de l’investigation économique et financière en Afrique, le renseignement humain doit faire face à un ennemi potentiellement mortel pour ses clients : l’approximation (et ses deux géniteurs que sont le mensonge et l’imprécision). Parce que cet environnement est à l’avantage du mafieux entrepreneur et de l’investisseur mafieux, Knowdys s’est donné les moyens d’y accompagner les opérateurs vertueux.

L’opérateur économique ou le touriste qui arrive pour la première fois sur le continent africain est tout de suite frappé par l’approximation ambiante. Claude M., un client européen de Knowdys, n°1 du conseil en intelligence économique et due diligence en Afrique explique : « ici, les gens sont chaleureux, souriants, accueillants et prolixes. Mais j’ai appris à tout faire vérifier par les experts de Knowdys […] Cela commence souvent par de petites choses : un responsable administratif vous assure qu’il revient dans 10 minutes et il se pointe au bout d’une heure. Le directeur d’une entreprise vous signe un contrat avec des clauses précises et détaillées lundi, et le mercredi suivant, il est le premier à ne pas les respecter… »

Le témoignage de Claude M. est symptomatique d’une Afrique qui émerge par les chiffres et reste immergée du point de vue de la mentalité et des pratiques courantes dans la sphère des affaires. Tout tend à prouver que ceux qui tiennent les rênes de l’économie en Afrique centrale et de l’Ouest se satisfont de la médiocrité. Fondateur de Knowdys Consulting Group et responsable de « Doing Business in Africa » à Centrale Paris, Guy Gweth pense que « la lutte à mort pour l’informatisation et la simplification administratives doit absolument être remportée par les tenants d’une Afrique moderne par sa transparence. »

Dans un contexte aussi favorable aux mafieux entrepreneurs et aux investisseurs mafieux, protéger les opérateurs vertueux par le biais de l’investigation économique et financière requiert un savoir-faire et un savoir-être exceptionnels à tout point de vue. Professeur de due diligence à l’ESG Paris, Guy Gweth pense que la clé de réussite dans ce domaine reste le renseignement humain. « Pour documenter et mettre à jour Knowdys Database, l’une des banques de données les plus complètes sur les secteurs clés, les entreprises et les dirigeants qui comptent en Afrique subsaharienne – explique-t-il – il faut impérativement descendre sur le terrain et interroger les personnes ressources dans les conditions optimales de manifestation de la vérité. »

A en croire Claude M., « écouter sans vérifier est le plus sûr moyen de tromper sur les marchés africains. » Et l’opérateur économique n’a pas tort. Auteur de plusieurs centaines d’interviews de personnes ressources, Guy Gweth nous livre quelques secrets : « les résultats concordants de plusieurs analyses montrant que le corps ment moins bien que le cerveau, le menteur est le plus souvent trahi par son corps qu’avec ses mots. La plupart du temps, il ignore que chacune de ses pensées correspond très exactement à un geste moteur. » Pour ce consultant en intelligence économique et due diligence, le savoir-faire de Knowdys dans le renseignement économique et financier africain de source humaine réside aussi bien dans la capacité exceptionnelle de ses experts à mémoriser ces gestes (et à les traduire à l’instant T) que dans l’aptitude à observer et à décrypter les variations des mimiques chez les sujets interviewés.

Les manifestations extérieures telles que les mains moites ou la transpiration subite ne sont pas nécessairement suspectes en environnement tropical, et bien des enquêteurs étrangers tombent souvent dans le panneau. Maîtriser et faire parler ces facteurs et leurs nuances, au profit des clients qui en font la demande permet de se prémunir contre les risques de tromperie.

Sanaa Benjelloun

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici