(Africa Diligence) Depuis une dizaine d’années, le Rwanda est souvent cité comme un modèle de développement en Afrique. En 2011, Transparency International le classe 3ème pays africain le moins corrompu et 49ème mondial grâce à son usage efficace de la manne financière provenant de l’aide internationale. De ce fait, les consultants en intelligence économique d’Africa Diligence perçoivent l’ouverture de son secteur financier comme un atout pour le pays.

Rwanda : de bonnes perspectives pour le secteur bancaire

En 2012, le secteur bancaire avait présenté des résultats très encourageants pour la Banque centrale du Rwanda. En effet les représentants de l’institution régulatrice du secteur financier ont affirmé qu’actuellement les banques du pays sont bien capitalisées avec des disponibilités suffisantes en liquidité, sans compter la qualité satisfaisante des actifs qu’elles détiennent. Ces résultats reflètent entre autre les efforts consentis au cours de l’année pour booster l’activité des banques commerciales du pays.

Aussi, force est de constater que ces établissements financiers ont fait preuve de plus d’initiative et d’agressivité à l’instar de la mise en place d’unités bancaires mobiles avec la quasi-totalité des services des bureaux traditionnels. Outre le potentiel du secteur qui est encore à explorer, les observateurs internes sont convaincus que ces performances seraient en partie dues à la rigueur de la banque centrale dans sa mission de contrôle et de régulation. Pour les observateurs, le pays présente un fort potentiel dans le secteur. Le Rwanda a acquis une certaine stabilité politico-économique depuis plus d’une décennie et s’est orienté vers l’instruction et l’investissement. Dès lors une classe moyenne et instruite émerge dans le pays.

Par ailleurs, la politique du développement par la connaissance lancé par Kigali pourrait aboutir à des innovations dans le secteur des services ou de l’industrie, ce qui conduirait également à un attrait d’investissement aussi bien interne qu’externe. Certains économistes du pays vont jusqu’à prédire que le secteur bancaire serait le moteur de la croissance économique du Rwanda de demain.

Rwanda : la banque populaire élue meilleure banque de l’Afrique du Nord

Exceller dans le secteur bancaire au niveau de la région, notamment dans les domaines de la bancarisation, de l’inclusion financière, de l’innovation en matière de produits et de services. Voilà entre autres les critères de sélection auxquels a répondus, la Banque Populaire du Rwanda au titre de l’exercice 2013.

Elle vient de remporter le Trophée de la « Meilleure Banque Régionale » de l’Afrique du Nord. Ce prix a été décerné à ladite banque au cours de la 8ème édition des African Banker Awards, qui s’est tenue le 21 mai 2014 à Kigali, au Rwanda, en marge des Assises annuelles de la Banque Africaine de Développement (BAD). Organisés par le magasine African Banker du Groupe IC Publications, sous le haut patronage de la BAD, les African Banker Awards récompensent les institutions financières, les hommes et les femmes qui contribuent de manière significative à la modernisation et à l’essor de la banque et de la finance sur le continent.

Outre ses performances financières qui confirment l’efficacité de son business-model, la Banque Populaire se développe à l’international grâce à sa filiale Banque Atlantique qui opère dans 7 pays de la région Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).
Rappelons qu’il s’agit de la troisième consécration de la Banque Populaire, après le trophée de la « Meilleure banque de détail d’Afrique» obtenu en 2013, et celui de la meilleure banque dans la catégorie « Inclusion financière », en 2012.

Cette nouvelle distinction conforte le statut de la Banque Populaire sur les scènes régionale et continentale, en tant que banque universelle de référence qui veille, de façon constante, à offrir à tous ses marchés des produits assortis des services les plus aboutis.

Les premiers pas du Rwanda sur les marchés financiers

Le Rwanda a décidé de se lancer dans la grande aventure de financement par le marché. Pour cela deux banques : BNP Paribas et Citibank sont mandatées, elles conduiront l’opération d’emprunt. Concrètement le Rwanda annonce émettre des bons obligataires à échéance de mai 2023 d’une valeur totale de 400 millions de dollars à un taux de 6,875%. Les agences de notation Standard and Poor’s et Fitch donnent la note de « B » avec une perspective stable à la dette rwandaise.

(Knowdys Database, avec Banque mondiale, Amba Rwanda et Jambo News)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici