[Africa Diligence] L’Afrique est de plus en plus convoitée pour ses ressources naturelles et humaines avec une forte diversification de ses partenaires et connaît, au-delà des conjonctures, une croissance moyenne supérieure à 5 % depuis le tournant du XXIe siècle. Conscient de cela, un panel s’est tenu à l’édition 2018 du Forum de Davos et a eu pour thème les « Perspectives économiques en Afrique subsaharienne ».

Lors des échanges, l’accent a été mis sur la compétitivité des économies africaines qui passe par l’industrialisation. Les dirigeants africains ont estimé que l’Afrique doit transformer ses ressources minérales, pétrolières, gazières et autres, afin d’apporter une valeur ajoutée à son économie.

Le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, l’un des participants à ce panel, a indiqué qu’il est extrêmement important pour l’Afrique qu’elle s’industrialise. « Je ne vois pas d’autres solutions en dehors de cette option », a-t-il déclaré. « Pour des pays agricoles comme les nôtres, poursuit-il, cette industrialisation passera par une agro-industrie très forte, la transformation de nos matières premières », a dit le chef du Gouvernement ivoirien.

Il a souligné la nécessité de préserver la stabilité des pays africains et surtout d’assurer une bonne formation à la jeunesse du continent, car, a-t-il fait remarquer, la compétitivité des économies africaines en dépend.

Ce panel a permis d’aborder des sujets relatifs à la finance sur le continent avec en toile de fond les problématiques du développement.

Des milliers de participants sont depuis cette semaine dans les alpes en Suisse pour réfléchir sur l’économie mondiale, sous la présidente de 7 dames de renommées internationale. Les débats ont pour thème central « Construire un avenir commun dans un monde fracturé ».

La Rédaction (avec Martin Levalois)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici