(Africa Diligence) La croissance du produit intérieur brut (PIB) du Gabon était de 5.9 % en 2013, en légère hausse par rapport à 2012 (5.7 %). En plus des ressources naturelles, la découverte de gisements de pétrole au début des années 1970 va contribuer à booster son économie. Pour les experts en intelligence économique d’Africa Diligence, le Gabon affiche des performances économiques impressionnantes.

L’économie du Gabon jouit d’une stabilité macroéconomique avérée et d’une bonne situation financière, favorisées par son appartenance à la « zone franc », par une évolution favorable des cours du pétrole, et par ses revenus forestiers et miniers. Tout ceci grâce à un soutien dynamique des investissements publics et privés. Au niveau régional, le Gabon respecte les quatre critères de convergence fixés par la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC) dans le cadre de la surveillance multilatérale des économies de la zone, à savoir : le respect du ratio d’endettement par rapport au PIB, le solde du déficit budgétaire, le paiement des arriérés de la dette et l’encadrement du taux d’inflation.

Les perspectives de croissance au cours des deux prochaines années seront déterminées par l’évolution des cours internationaux du pétrole et par l’évolution de la production de manganèse et de leurs cours. La transformation du bois, dont la contribution au PIB est encore faible (4 % en 2013), devrait connaître une progression constante. Ce secteur pourra bénéficier à la fois de cours mondiaux en forte hausse mais aussi de la politique publique de transformation locale des matières premières dans le cadre des trois « zones économiques spéciales » (ZES) en création.

Dans l’ensemble, l’économie gabonaise devrait connaître une croissance soutenue du PIB, avec un taux de 6.7 % en 2014 et de 7.2 % en 2015 (prévisions), et avec un taux d’inflation annuel qui devrait se stabiliser autour de 2.5 %. Les investissements consentis par l’État, les revenus issus de l’exploitation des principales ressources minières et les activités de transformation du bois seront à la source de cette performance. Au niveau du secteur primaire, la production pétrolière devrait se tasser, du fait de la maturation de nombreux champs et faute de découvertes de nouveaux gisements économiquement exploitables.

En élaborant son « Plan stratégique Gabon émergent » (PSGE), le gouvernement entend accélérer le rythme de la diversification de l’économie nationale à travers une stratégie axée sur la transformation locale des matières premières et la facilitation des investissements directs étrangers (IDE). Son objectif de faire du Gabon une puissance émergente d’ici 2025.

(Knowdys Database, avec Perspectives économiques en Afrique et Banque mondiale)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici