[Africa Diligence] Accusés à plusieurs reprises de phagocyter le milieu des affaires en RDC, les Libanais de Mino Congo sont de nouveau sur la sellette. Ils sont soupçonnés de tentative de corruption à l’endroit de Luzolo Bambi, le conseiller spécial de Joseph Kabila pour la bonne gouvernance et la lutte contre le blanchiment des capitaux.

Les proches du conseiller Luzolo Bambi affirment qu’au moins 160 000 dollars ont été mis sur la table pour faire taire des affaires de fraude fiscale et de blanchiment de capitaux d’un montant égal ou supérieur 150 millions de dollars. Mise en cause : la société Mino Congo, présente notamment dans le secteur de la minoterie.

Selon le proche entourage du conseiller spécial du chef de l’État pour la bonne gouvernance et la lutte contre le blanchiment des capitaux, les Libanais de Mino Congo auraient fait appel à un député de la nation pour tenter de corrompre ce dernier. Cette approche est largement pratiquée par certains hommes d’affaires Libanais qui pensent que « c’est à la tête qu’il faut frapper. »

Plusieurs émissaires ont été arrêtés à Kinshasa au cours des derniers jours dans le cadre de cette affaire, et déférés devant le Parquet pour fraude et blanchiment d’argent. Trois millions de dollars auraient permis d’obtenir la libération du patron libanais de Mino Congo. Plusieurs fois soupçonnée de corruption d’agents publics, l’entreprise se refuse à tout commentaire pour l’instant. Mais Luzolo Bambi, l’ancien ministre de la justice de RDC, n’entend pas en rester là.

Affaire à suivre…

La Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici