[Africa Diligence] Estimant que la Défense ne peut être laissée aux seules armées, Matignon a confié à l’IHEDN la mission de sensibiliser les citoyens, ainsi que le CAVIE s’apprête à le faire en Afrique. Pour saisir la réalité de l’intelligence économique sur le continent noir, le Comité Afrique de l’IHEDN s’est naturellement tourné vers la source.

Parce que la Défense ne doit pas être la préoccupation des seules Armées, le Premier Ministre français a confié à l’Institut des Hautes Études de Défense Nationale (IHEDN) la mission de sensibiliser tous les citoyens « afin de leur donner une information approfondie sur la défense nationale comprise au sens le plus large ». Le Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE) s’est donné la même mission sur le continent africain, parce que dans un environnement ultra concurrentiel, avec le passé qui est le sien, nul autre que les Africains patriotes, engagés et compétents, ne peut aider l’Afrique à se battre dans l’arène mondiale.

Créé en 2011, le Comité Afrique de l’ANAJ-IHEDN a vocation à favoriser la réflexion sur les enjeux de sécurité et de défense du continent. Les problématiques traitées au sein du comité sont diverses et ouvertes afin de pouvoir analyser les différentes facettes d’un continent pluriel qui se caractérise par une diversité géographique, politique, linguistique et religieuse.

Parce qu’il ne s’agit pas d’analyser le continent dans sa globalité mais plutôt d’appréhender des problématiques singulières, spécifiques à une région ou à un pays, le Comité Afrique s’est bien gardé de confondre l’intelligence économique africaine à ce qui se passe dans l’espace francophone. Ainsi qu’aime à le souligner Amath Soumaré, fondateur de SOPEL international et pionnier de l’intelligence économique (IE) en Afrique, l’IE à la française a été si politisée et si déconnectée des besoins de l’entreprise que le retard pris par la profession dans le monde francophone est préoccupant. L’Afrique peut et doit impérativement trouver sa propre voie.

Dans cet entretien exclusif avec Guy Gweth, fondateur de Knowdys Consulting Group et président du Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique, on apprend, non sans un minimum de modestie, que l’avènement de l’IE africaine est loin d’être récent, et que des travaux existent qui tiennent compte de réalités qui échappent totalement aux non-Africains. On comprend mieux la raison d’être du CAVIE, ses défis, mais aussi les dangers qui guettent l’organisation à sa naissance. Mais les tentatives de division suffiront-t-elle à l’affaiblir ?

L’intelligence économique africaine, par ses maîtres praticiens, est à découvrir dans cette interview vérité. Version numérique à télécharger prochainement sur Africadiligence.com

La Rédaction (avec l’ANAJ-IHEDN)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici