[Africa Diligence] Une fois en Egypte pour annoncer sa politique au Proche-Orient, une deuxième pour faire ses adieux à Mandela, une troisième pour défendre l’homosexualité au Sénégal, une au Ghana, et une autre au Kenya, Obama est assurément le président américain qui a le plus snobé l’Afrique. En 8 ans, il nous a manqué autant qu’on l’a aimé. Même glamour, Michelle Obama n’aura pas réussi à casser la Barack en Afrique.

Le 26 juin 2016, la première dame des Etats-Unis a entamé une tournée éclair en Afrique. Après quelques heures passées au Cap-Vert, elle est arrivée le 27 juin suivant pour une courte visite au Liberia, où elle a rencontré la présidente Ellen Johnson-Sirleaf.

Drapeaux américains et protocole digne d’un chef d’État : dès son arrivée à Monrovia lundi 27 juin, le Liberia a déroulé le tapis rouge pour accueillir Michelle Obama. Accompagnée de ses deux filles Sasha et Malia, elle a dans la foulée été reçue par la présidente Ellen Johnson-Sirleaf.

Objectif affiché de cette tournée africaine qui ne fera pas oublier un Barack Obama rare sur le continent: promouvoir l’éducation des filles dans le cadre du projet Let Girls Learn (traduction : Laissons les filles apprendre), un programme gouvernemental initié par le couple présidentiel et consacré à l’éducation des jeunes femmes.

« Ce projet fait partie des efforts déployés par le gouvernement américain pour lever les obstacles qui privent d’éducation 62 millions de filles, en particulier les adolescentes », a expliqué avant le déplacement la cheffe de cabinet de Michelle Obama, Tina Tchen.

Lors de sa courte visite au Liberia, la première dame américaine devrait notamment rencontrer des écolières en compagnie d’Ellen Johnson-Sirleaf, première femme du continent à avoir été élue au suffrage universel.

Avant d’atterrir à Monrovia, Michelle et ses filles ont passé quelques heures au Cap-Vert, où elles sont arrivées dimanche sur l’île de Sal, au nord de l’archipel. Entourée d’un dispositif de sécurité impressionnant, elle a rencontré la première dame cap-verdienne Lígia Dias Fonseca lors d’un entretien d’une vingtaine de minutes, selon la présidence cap-verdienne.

Deux visites de courte durée : au Liberia comme au Cap-Vert, Michelle Obama ne s’est pas attardée plus d’une journée. La première dame a quitté Monrovia dans la soirée pour rejoindre le Maroc, où elle était attendue lundi soir à Marrakech. Elle y a finalement été rejointe par les actrices Meryl Streep et Freida Pinto pour promouvoir l’éducation des filles au Maghreb.

Malgré son charisme et son engagement, la première dame des Etats-Unis n’arrive pas à faire oublier aux Africains que son président de mari est le chef de l’exécutif américain qui a le plus snobé l’Afrique. Un étrange paradoxe sur lequel nous reviendrons à la fin de son mandat.

La Rédaction (avec AFP-VA)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici