[Africa Diligence] Située au sud-ouest du continent africain, la Namibie possède une superficie de 825 418 km² et compte une population de 2,3 millions habitants. Malgré la croissance positive observée en 2014 (+5,3%), le pays fait face à un taux de chômage (41%) qui touche près de 50% des jeunes. Les autorités de Windhoek, à force de réformes et incitations, entendent bien tirer profit de la croissance du PIB pour créer des emplois et pour renforcer l’inclusion spatiale.

Contrat de travail

D’après le code du travail namibien, un contrat de travail peut être conclu pour une durée déterminée ou indéterminée. Il doit comprendre les principales mentions suivantes :

  • nom de l’employeur et lieu du travail
  • nom, adresse du travailleur et compétences
  • description exacte du type de travail à effectuer
  • montant et périodicité du salaire.

Un employeur peut résilier un contrat de travail sans préavis à condition qu’il verse au salarié un montant équivalent à sa rémunération. À la fin d’un contrat, l’employeur doit remettre à l’employé un certificat de travail comportant : le nom et l’adresse de l’employeur concerné ; la qualité en laquelle le salarié a été employé ; la date du début et de résiliation du contrat de travail en question ; la rémunération à laquelle cet employé avait droit avant la résiliation du contrat et si l’employé le demande, la raison de la résiliation du contrat.

Durée de travail

Conformément au Labour Act Basic Conditions of Employment de 1992, la durée légale de travail en Namibie est de 45 heures par semaine, mais cela ne vaut pas pour les agents de sécurité. Ils ont un maximum de 60 heures par semaine. Si la semaine de travail est de 5 jours, l’employé ne doit pas travailler plus de 9 heures par jour. Pour ceux qui travaillent 6 jours par semaine, les heures de travail ordinaires ne doivent pas excéder 7,5 heures par jour.

Les employés occasionnels ne doivent pas travailler plus de 9 heures par jour et pas plus de 2 jours par semaine. Il y a des employés qui travaillent sur des quarts.Conformément à la loi sur le travail, les heures maximales de travail pour les travailleurs de quarts sont de 7,5 par quart de travail.

Les heures supplémentaires n’excèdent pas plus de 3 heures par jour ou 10 heures par semaine. Elles sont rémunérées 1,5 fois le taux horaire des jours de travail normaux et le double le dimanche et les jours fériés.

Tout travailleur a également droit à un congé annuel payé, à la charge de l’employeur. Il est de 24 jours après une année consécutive de service. Les employés doivent en outre bénéficier d’un congé maladie de 30 jours pour ceux qui travaillent 5 jours par semaine et de 36 jours pour ceux qui effectuent 6 jours de travail la semaine.

Salaires

Le Ministre du travail et des affaires sociales a annoncé en décembre 2014 l’introduction d’un salaire minimum pour les travailleurs domestiques. Ce salaire minimum s’élève à 102 USD. Il sera soumis à une augmentation équivalente à l’indice des prix à la consommation soit plus de 5% d’ici 2016. L’introduction de ce salaire minimum s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par le gouvernement namibien pour résoudre le problème des inégalités de revenus dans le pays.

Cotisations sociales

L’âge de la retraite en Namibie est fixé à 65 ans. La Social Security Commission est l’organe chargé des cotisations sociales dans le pays. La sécurité sociale est basée sur un principe de cotisations de 50-50 entre les employeurs et les employés. Chaque employeur doit s’inscrire à la Commission de sécurité sociale, et doit enregistrer tous les employés âgés de moins de 65 ans. Les cotisations doivent être payées dans les 30 jours après la fin du mois. Les contributions de l’employeur comme de l’employé sont calculées à hauteur de 0,9% du salaire. La cotisation mensuelle de l’employeur et de l’employé ne peut être inférieure à 4,45 USD, ni supérieure à 8,91 USD.

Partenariats Sociaux

La Constitution namibienne permet la formation de syndicats indépendants pour protéger les droits des travailleurs afin de promouvoir les relations de travail saines et des pratiques d’emploi équitables.

Lutte contre le chômage

La Namibie pâtit d’un chômage élevé (avec un taux global estimé à 27,4 % en 2012) qui frappe le plus durement les jeunes. La proportion de sans-emploi est estimée à 48,5 % chez les 20-24 ans et à 33,6 % chez les 25-29 ans. En 2013, ce taux était de 29,2%.

En 2014,ce taux s’élevait à 41%. Il demeure élevé à cause d’une inadéquation entre les compétences requises sur le marché du travail et, le système éducatif et la formation professionnelle. Les zones rurales sont les plus touchées avec un taux de 30% comparé aux zones urbaines (29%). Le taux de chômage des jeunes de l’enseignement secondaire est de 36,6%, tandis que celui des diplômés d’université est de 7,2%.

Véritable challenge, le gouvernement namibien s’est engagé dans la lutte contre le chômage. Il entend réduire de 20% le taux de chômage namibien d’ici la fin d’année 2015. Pour y parvenir, il s’est engagé : i)à promouvoir la création des petites et moyennes entreprises ; ii) à dispenser une formation en gestion et développement des affaires aux hommes et aux femmes scolarisés et non scolarisés ; iii) à investir dans des établissements techniques à caractère communautaire pour favoriser l’acquisition des compétences ; et iv) à fournir des incitations pour l’auto-emploi et la création d’emplois.

Gaétan Awa (Avec Knowdys Database, BM, PEA, l’OIT, et le Code du travail namibien)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici