[Africa Diligence] Pays agricole il y a quelques années, le Rwanda a opéré un changement de son économie. Il dispose de nombreuses ressources agricoles (café, thé,…), hydroélectriques, ainsi que des gisements de gaz naturel. Mieux encore le sous-sol regorge de minerais. Les autorités ont mis en œuvre des mesures visant à améliorer l’efficacité dans le secteur minier. Kigali lit sa croissance future dans les pierres.

Le secteur primaire – Le secteur primaire en 2014 a représenté 35,4% du PIB. Il est essentiellement composé de l’agriculture, la chasse, la foresterie et la pêche.

Le secteur agricole au Rwanda est caractérisé par trois principaux sous-secteurs dans l’ordre décroissant : le café, le thé et la floriculture. L’agriculture contribue à 33,6% du PIB national. Les deux principales cultures d’exportation sont le café et le thé.

Le café, à 95% Arabica, est au cœur de l’économie. Il est le deuxième produit d’exportation en valeur et est cultivé sur environ 52 000 hectares. La production est principalement exportée aux États-Unis et en Allemagne. Le thé est le troisième produit d’exportation du Rwanda en valeur.

Les autres cultures dans le pays sont : les céréales (le maïs, le blé, le riz, le sorgho, etc.), les légumes secs (les pois, les haricots, les arachides, etc.), les tubercules et les racines (le manioc, les patates douces et les pommes de terre), les bananes et les fruits et légumes. Bénéficiant de conditions climatiques favorables et des investissements, le secteur agricole a amélioré sa productivité, 5,0% en 2014 contre 3,0% en 2013. Une tendance haussière qui a continué en 2015. Selon les chiffres du National Institute of Statistics of Rwanda, les productions de la saison A (qui commence en septembre et se termine en février de l’année suivante) sont en hausse pour toutes les cultures.

  • les céréales : 226 073 tonnes métriques (TM) en 2014 contre 369 966 TM en 2015
  • les légumes secs : 97 943 TM en 2014 contre 275 498 TM en 2015
  • les tubercules et les racines : 1 280 959 TM en 2014 contre 1 319 108 TM en 2015
  • les bananes : 863 442 TM en 2014 contre 983 989 TM en 2015
  • les fruits et légumes : 127 291 TM en 2014 contre 165 144 TM en 2015

L’industrie de la floriculture au Rwanda a du mal à acquérir une position significative, malgré les bonnes conditions climatiques du pays. Les cultures s’étendent sur 15 hectares dispersés dans les zones de haute altitude dans le nord, l’ouest et dans les provinces du sud. Les statistiques du gouvernement ont montré que la production en 2013 était de 1,4 million de fleurs.

Le secteur secondaire – Le secteur secondaire qui a représenté 13,3% en 2014 a enregistré une légère baisse comparé à son niveau de 2013 (13,7%). Le secteur a été l’un des grands moteurs de l’économie en 2013 avec une croissance de 11%. Il a été dynamisé en 2014 (+6,0%) par l’augmentation de la production minière et de la construction, ainsi que par l’amélioration des prix des exportations de minerais clés, notamment le coltan et la cassitérite. Toutefois, l’extraction, la production et la construction de l’électricité ont continué de dominer la croissance de l’industrie en 2014.

Le secteur manufacturier (5,1% du PIB en 2014), encore peu développé est dominé par l’agro-industrie, en particulier dans le thé et le café, et à un degré moindre dans l’horticulture et la floriculture. L’industrie manufacturière légère se développe, notamment dans la transformation des denrées alimentaires, des laitages, des boissons et des matériaux de construction comme les barres d’acier et le ciment. Les activités en aval telles que la commercialisation, le conditionnement et l’expédition sont effectuées au niveau national.

Le secteur minier, un autre pilier économique représentait 1,9% du PIB en 2014. Les principales ressources minières rencontrées sont : le coltan, la cassitérite et le tungstène (ou Wolfram). En 2013, les recettes des exportations de coltan et de la cassitérite ont représenté 86% du montant total des recettes minières. Avec le wolfram, ces trois minerais représentaient 28% du total des exportations en 2012 et 39% en 2013. Selon le rapport du Guide 2014 des investissements miniers par pays en Afrique, le Rwanda figure parmi les 20 pays les plus riches en ressources minières d’Afrique subsaharienne. Ce rapport présenté en février 2013 en Afrique du Sud, indique que le Rwanda dispose d’immenses quantités de ressources minières non exploitées et que le pays pourrait se faire des recettes considérables en développant ce secteur. Le pays a généré 1,963 milliard USD de recettes au cours des trois premiers trimestres de 2013, grâce à ses exportations de minerais. Le Rwanda a même pour ambition de réaliser des bénéfices de l’ordre de 409 millions USD à l’horizon 2017 dans le commerce des minéraux (l’or, le cuivre, le zinc, le nickel, l’argent, etc.). L’exploitation minière est le deuxième exportateur du pays après l’industrie du tourisme. Le Rwanda produit environ 8 000 à 9 000 tonnes de minéraux par an. Le pays est classé au 8e rang mondial dans la production d’étain non fondu, représentant 1,5% de la production mondiale d’étain.

Dans le secteur de l’énergie, le pays dispose des réserves de méthane emprisonnées dans les eaux du lac Kivu, à la frontière entre le Rwanda et la République démocratique du Congo (RDC). Une entreprise américaine, ContourGlobal, spécialisée dans la construction et la gestion de centrales électriques, finalise les préparatifs du projet KivuWatt qui vise à transformer ce méthane en source d’énergie commercialisable. Sa première phase prévoit de générer 25 mégawatts (MW) destinés au réseau local. Dans sa deuxième phase, les centrales électriques devraient produire 100 MW distribués dans l’ensemble du pays ou dont une partie de la production pourrait être exportée vers l’Ouganda. Cela permettra de quasiment doubler la capacité de production actuelle du Rwanda d’environ 115 MW. Dans le lac Kivu, selon les estimations, il y aurait quelques 60 000 m3 de méthane dissouts.

Gaétan Awa (Avec Knowdys Database, BM, PEA, RNRA et NISR)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici