[Africa Diligence] Le premier Institut Confucius de Tunisie a ouvert ses portes le 12 novembre 2018 à l’Université de Carthage. C’est le dernier né des Instituts installés dans la Francophonie. Un projet suivi avec attention par le Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique via son antenne (CAVIE Tunisie).

L’institut Confucius en Tunisie

Ce premier Institut Confucius tunisien est hébergé dans l’Institut supérieur des langues de Tunis (ISLT) qui se situe à « Cité Al-Khadhra », une commune localisée vers la banlieue nord de la capitale. Au titre de la coopération, « nous avons certes des partenaires classiques, mais il nous semble assez important d’ouvrir de nouveaux horizons sachant que les expériences réalisées avec nos frères chinois sont fortement réussies et permettent de renforcer plusieurs réseaux dans des domaines comme l’enseignement de langues, la recherche et d’autres projets éducatifs », confie la présidente de l’Université de Carthage, Olfa Ben Ouda.

L’institut Confucius au Maroc

Nasser Bouchiba, président de l’Association de coopération Afrique-Chine pour le développement du Maroc, a déclaré que les jeunes Marocains sont non seulement attirés par la culture chinoise, mais montrent également un grand intérêt pour l’apprentissage des technologies chinoises de pointe. De nombreux jeunes Marocains souhaitent poursuivre leurs études en Chine, a-t-il noté, ajoutant que l’Institut Confucius leur permet d’apprendre le chinois et de comprendre la culture chinoise, leur offrant ainsi une base solide pour la poursuite de leurs études dans ce pays asiatique. Pour répondre à la demande croissante d’apprentissage du chinois, avec la coopération du Hanban (siège de l’Institut Confucius), le Maroc a créé depuis 2009 trois Instituts Confucius respectivement à Rabat, Casablanca et Tanger, devenant le seul pays arabe ayant trois Instituts qui comptent des dizaines de points d’enseignement et des milliers d’étudiants inscrits. Karima Yatribi, doyenne marocaine de l’Institut Confucius à l’Université Mohammed V de Rabat au Maroc, a quant à elle affirmé que l’enthousiasme des étudiants marocains envers l’apprentissage de la langue chinoise grandissait sans cesse et que les trois Instituts Confucius au Maroc étaient pionniers dans la promotion des échanges et de la coopération bilatérale.

L’Institut Confucius au Congo

A Brazzaville, l’Institut Confucius, installé dans l’Université Marien Ngouabi depuis 2013, a connu une explosion du nombre d’étudiants congolais inscrits pour apprendre la langue chinoise. Selon Wang Yongkang, directeur chinois de cet Institut, le nombre d’étudiants inscrits a dépassé 1.000 cette année, alors qu’il se situait à environ 200 il y a cinq ans. En outre, sur le territoire congolais, plus de 20 lycées offrent des cours d’option de littérature chinoise, permettant à des milliers d’adolescents locaux d’avoir accès à la culture chinoise. « Nous ambitionnons de former davantage d’enseignants congolais de la langue chinoise afin de satisfaire aux besoins des Congolais qui veulent apprendre le chinois », a souhaité Monsieur Wang.

L’Institut Confucius au Sénégal

Koumakh Bakhoum est devenu le premier enseignant local de chinois au Sénégal en 2016. Il a été l’un des premiers étudiants de l’Institut Confucius de l’Université Cheikh Anta Diop (UCAD). En 2013, il a obtenu une bourse pour poursuivre ses études à Dalian, en Chine. Après trois ans d’études, il a décidé de rentrer au Sénégal pour enseigner le mandarin. Pour Sun Zhen, directeur de l’Institut Confucius de l’UCAD, les enseignants locaux ont l’avantage de pouvoir enseigner le mandarin avec leurs propres méthodes, ce qui donne de meilleurs résultats. Selon lui, un autre avantage important des enseignants locaux est qu’ils ne sont pas exposés à l’expiration de leur mandat comme les enseignants chinois qui ne peuvent rester que trois ou quatre ans dans un pays. Depuis sa création en 2013, l’Institut Confucius de l’UCAD a accueilli quelque 4.000 étudiants du Sénégal et d’autres pays d’Afrique subsaharienne. « Apprendre la langue chinoise est devenu très à la mode au Sénégal », a-t-il assuré.

L’Institut Confucius en France

En 2005, la France a vu arriver son premier Institut Confucius, l’Institut Confucius de l’Université de Poitiers. Treize ans plus tard, la France compte aujourd’hui 17 Instituts Confucius et trois Classes Confucius. Parmi eux, on compte l’Institut Confucius de la NEOMA Business School de Reims, le seul Institut Confucius de France orienté vers le monde des affaires, se voulant « la porte d’entrée des entreprises françaises vers la Chine ». Les Instituts Confucius ont beaucoup contribué à l’expansion rapide de la langue chinoise dans l’Hexagone. Le nombre de Français qui apprennent actuellement le chinois en France a atteint 100.000 personnes. « L’Institut Confucius est désormais reconnu comme un acteur majeur du territoire dans les domaines de l’éducation et de la culture », a indiqué Gildas Lusteau, directeur de l’Institut Confucius des Pays de la Loire à Angers. « Depuis mon arrivée à la direction en 2016, nous développons également la dimension économique pour faire de l’Institut un pont entre les partenaires économiques français et chinois. Par exemple, en 2017, l’Institut Confucius a été impliqué dans l’accueil des délégations chinoises du World Electronics Forum qui s’est tenu à Angers. Sur le plan éducatif, nous accueillons chaque jour des enfants, adolescents, étudiants, employés, demandeurs d’emploi et retraités qui souhaitent apprendre la langue chinoise », a-t-il conclu ce dirigeant de l’Institut Confucius.

La Rédaction (avec Gao Ke et Yishuang Liu)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici