[Africa Diligence] Le Gabon prépare activement sa participation au 1er forum Russie-Afrique du 22 au 24 octobre 2019 à Sotchi. Une plateforme unique pour la discussion et l’adoption de décisions constructives visant à renforcer la coopération. Comment le pays d’Ali Bongo est-il arrivé au cœur des Russes ?

Le 9 octobre 2019, le ministre de la promotion des investissements, Jean-Fidèle Otandault, s’est entretenu avec l’ambassadeur de Russie au Gabon, Dimitri Kourakov, au sujet de la participation du Gabon au premier sommet Russie-Afrique du 22 au 24 octobre 2019 à Sotchi.

Depuis quelques années, la Russie s’est beaucoup investie pour renforcer ses liens diplomatiques et économiques avec l’Afrique. D’où l’organisation de ce sommet Russie-Afrique, qui réunira des chefs d’États et de gouvernements africains, ainsi que des chefs d’entreprises russes et africains.

Le Gabon considéré par la Russie comme un partenaire privilégié en Afrique

Les relations entre le Gabon et la Russie remontent à il y a 46 ans. Depuis quelques années, les échanges commerciaux entre les deux pays se sont intensifiés. En six ans, ceux-ci sont passés de 600 millions de francs CFA à plus de 65 milliards de francs. Ces dernières années, plusieurs centaines de Gabonais ont été formés dans des universités russes.

« Pour la Russie qui cherche à reprendre pied en Afrique, après une longue période de reflux suite à la fin de la guerre froide et à l’effondrement du bloc de l’est, le Gabon est un pays stratégique, tant sur le plan des matières premières, que sécuritaire et diplomatique », explique un politologue, spécialiste de la Russie et des pays d’Europe de l’est. « C’est pourquoi le Gabon est sans conteste un invité important aux yeux de la Russie dans le cadre de ce Sommet. Je le qualifierais même d’invité premium », ajoute-t-il.

Des liens d’amitié privilégiés entre les présidents Ali Bongo et Vladimir Poutine

Le 14 juillet 2018, à la veille de la finale de la Coupe du monde en Russie, le président Vladimir Poutine avait reçu très longuement son homologue Ali Bongo Ondimba. Entre les deux hommes, qui se sont revus depuis le 28 juillet à Johannesburg lors du Sommet des BRICS, le courant est immédiatement passé, confiait l’année dernière une source diplomatique russe. Signe de cette proximité entre les deux chefs d’Etat, Ali Bongo Ondimba pourrait réserver l’un de ses premiers déplacements officiels à l’international depuis un an à son ami Vladimir Poutine.

La Rédaction (avec la Libreville et HMB)

Tags : 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici