(Africa Diligence) Découvrez notre sélection de l’actualité de la veille et de l’intelligence économique qu’il ne fallait pas manquer cette semaine : la Côte d’Ivoire veut devenir une économie émergente, les africains utilisent moins d’énergie que les américains, le Royaume-Uni se fait offensif en Algérie, la Chine et les USA en tête du Top 500, la défense de sa réputation comme une question de confiance, la France lance son 1er club IE dédié à l’innovation et Google qui parraine une pépinière de start-up à Berlin.

« Côte d’Ivoire : devenir une économie émergente à l’horizon 2020 »

Lu sur Africa Diligence

Les perspectives de la Côte d’Ivoire s’avèrent assez prometteuses. La politique de relance par les grands travaux s’est soldée par une croissance de 8.8% en 2013. Elle devrait se maintenir à 9% en moyenne en 2014 et 2015, grâce à la poursuite des réformes sociales et l’amélioration du climat des affaires (6 places gagnées au classement Doing Business 2014). Un effet de rattrapage progressif est à l’œuvre depuis la fin de la crise postélectorale de 2010-2011, grâce aux grands travaux publics et à la reprise des investissements privés. Des opportunités d’industrialisation restent à exploiter dans les chaînes de valeur à fort potentiel régional. Les capacités des PME doivent être renforcées, notamment dans l’agro-industrie, pour tirer un meilleur parti des CVM et régionales.

Lu sur Financial Afrik

« Un Africain utilise 45 à 50% moins d’énergie qu’un Américain »

A la faveur de l’annonce d’Aliko Dangote d’investir 9 milliardUSD dans une raffinerie de pétrole au Nigéria, Guy Gweth, fondateur de Knowdys, n°1 du conseil en intelligence économique et due diligence en Afrique centrale et de l’Ouest, analyse les enjeux liés à ce genre d’opération. L’industrie de la raffinerie répond à une demande mondiale de 40% pour les carburants, 40% pour le fioul et le gazole et 20% pour les produits lourds. L’Afrique ne traite que 3,5 millions de barils par jour contre 30 millions de barils traités par jour pour le bloc Asie-Pacifique, 25 millions de barils pour le groupe Europe-Eurasie et 20 millions de barils quotidiens pour l’Amérique du Nord. Selon Guy Gweth, l’Afrique peut atteindre l’indépendance énergétique en 2025, avec un Dangote par pays producteur et un peu de volonté politique.

« Avec sa diplomatie « soft power », le Royaume-Uni se fait offensif en Algérie »

Lu sur Maghreb Emergent

Les relations économiques entre l’Algérie et le Royaume-Uni connaissent une expansion remarquable depuis la visite du Premier ministre britannique David Cameron à Alger, en janvier 2013. De statut de simple partenaire économique, la Grande Bretagne a pu accéder à celui de «partenaire exceptionnel», au même titre que la France et la Chine, les deux poids lourds dans les échanges économiques avec l’Algérie. L’un des piliers du partenariat Algérie Royaume-Uni est l’énergie. L’Algérie, qui possède d’importantes réserves en gaz naturel, a été identifiée comme un marché prioritaire dans la politique de sécurité énergétique du Royaume Britannique, qui songe sérieusement à assurer environ 10% de sa demande en gaz en provenance de l’Algérie. L’énergie demeure également le secteur qui intéresse le plus les entreprises britanniques désireuses d’investir en Algérie. Les britanniques font également un grand bond pour la promotion et l’enseignement de la langue et la culture anglaise en Algérie.

« La Chine et les Etats-Unis toujours en tête du Top500 des supercalculateurs »

Lu sur ZD Net

La 43e édition du classement mondial des supercalculateurs a été publiée ce lundi 23 juin 2014. Ce classement confirme la première place en puissance du Tianhe-2 (33,86 Pflop/s) chinois. Le Tianhe-2 est suivi en 2e position par le Titan, Cray XK7 du ministère américain de l’Energie, avec 17,59 Pflop/s. Intel garde la première place comme fournisseur des processeurs employés (85.4%), devant IBM (8%), tandis qu’AMD descend de 9% à 6% en six mois. Les systèmes Blue Gene/Q d’IBM, qui emploient les micro-processeurs maison, se classent cependant numéros 3, 5, 8 et 9 dans le top 10. Les Etats-Unis restent le premier pays en nombre de systèmes, avec 233 supercalculateurs, suivis par la Chine qui passe à 76 machines (63 il y a six mois). Les Chinois ont ainsi, à eux seuls, presque autant de supercalculateurs que la Grande-Bretagne (30), la France (27) et l’Allemagne (23) réunies, souligne le Top500. Le Japon est passé de 28 à 30 systèmes depuis le précédent classement.

« Comment défendre sa réputation : une question de confiance »

Lu sur Diplomatie Digitale

Le développement des réseaux sociaux accroît les risques d’atteinte à la réputation des entreprises. Pour maintenir le lien de confiance avec leurs clients et les consommateurs, mais aussi afin d’éviter le « bad buzz », les entreprises doivent savoir anticiper et prendre l’initiative, sans hésiter à affirmer leur identité. Les réseaux sociaux ont donc libérer la parole des internautes. Dans ces conditions, les entreprises ont tout intérêt à développer leurs propres vecteurs pour diffuser leurs valeurs, leurs messages et leurs argumentaires. Aucune entreprise n’est à l’abri d’un « bad buzz » qui surgit selon les sensibilités des parties prenantes, donc difficile à anticiper. Au-delà de la réputation, c’est bien la confiance qu’il faut avoir comme impératif catégorique. En définitive, il faut avoir confiance dans l’entreprise pour y investir, dans ses produits pour les acheter, dans ses collaborateurs et partenaires pour y travailler.

« Lancement du premier club Intelligence Economique dédié à l’innovation »

Lu sur Les Carnet du Business

L’innovation est au cœur de la stratégie de maintien de la compétitivité de nombreux pays. Le gouvernement français a lancé le jeudi 19 juin 2014, le premier club d’intelligence économique dédié à l’innovation. En effet, face à la concurrence de systèmes fiscaux et industriels plus compétitifs, les entreprises doivent se dépasser pour continuer à attirer. Le ralentissement économique général doit pousser les entreprises à plus de vigilance et de réalisme pour protéger leurs innovations. Ce Club a pour objectif de favoriser les échanges entre acteurs clés pour ancrer une culture de l’intelligence économique au sein des structures innovantes et d’inciter toujours plus les entreprises appartenant au réseau des pôles de compétitivité, à l’intégration de l’intelligence économique dans leur stratégie de développement. Comme on le voit, l’innovation est au cœur de l’économie. Ainsi, il faut donner aux entreprises, les moyens de se protéger.

« Google parraine une pépinière de start-up à Berlin »

Lu sur Le Figaro

La Factory est un campus dédié aux nouvelles technologies. Il veut permettre aux jeunes entreprises de mutualiser leurs expériences. L’espace est attractif. 16.000 m2 de surface de travail, 500 employés au maximum, une salle de réception, un restaurant, un terrain de basket, deux balançoires en bois dans le jardin entre autres. Le géant américain Google est le principal parrain de la Factory, avec un million d’euros alloué pour les trois prochaines années. Une goutte d’eau pour l’entreprise, dont l’intérêt dans l’affaire n’est pas seulement économique. Le moteur de recherche a vu l’opportunité : en soutenant la « Factory », le géant de l’Internet est donc à l’affût de pépites et veut redorer son image en Allemagne.

La Rédaction

– Rejoignez Africa Diligence sur Facebook

– Suivez Africa Diligence sur Twitter

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici