Retraités : cette bonne et mauvaise nouvelles auxquelles vous devez vous attendre les mois prochains

Certaines hausses attendent les retraités en 2024, mais cela ne va pas durer. Et ce n'est pas forcément une mauvaise nouvelle.

© Africadiligence.com - Retraités : cette bonne et mauvaise nouvelles auxquelles vous devez vous attendre les mois prochains

Des modifications importantes attendent les retraités qui touchent simultanément une pension de base et une pension Agirc-Arrco en 2024. Cependant, il ne faut pas penser que ces changements vont s’incrire dans la durée. En effet, il s’agit d’une année exceptionnelle du fait de l’inflation

Mais, et les Français l’espèrent, l’inflation devrait ralentir son impressionnant rythme de croisière dans les mois à venir. C’est du moins ce qu’indiquent les prévisions. Et cela aura forcément des conséquences sur les changements à venir concernant les pensions.

Des hausses notables pour les retraités en 2023 #

Chaque mois, 13 millions de retraités bénéficient d’une double pension. Une retraite de base et une pension complémentaire du régime Agirc-Arrco.

À lire Retraite : attention à cette mauvaise nouvelle à prévoir qui vise le montant de votre pension

Les montants de ces deux pensions ont été notablement augmentés en 2023 pour prendre en compte l’inflation, aussi bien pour les retraites du régime général que pour les pensions complémentaires des travailleurs du secteur privé, avec une revalorisation significative de 4,9 % en novembre dernier. 

La hausse continue pour l’année 2024, dès le 1ᵉʳ janvier. En effet, les retraites du régime de base profitent automatiquement d’une revalorisation chaque 1ᵉʳ janvier en fonction de l’inflation. Par conséquent, les retraités profitent d’une augmentation de 5,3 %.

Cependant, les retraités affiliés au régime général de la Cnav devront attendre jusqu’au 9 février pour recevoir leur première pension revalorisée. En effet, c’est le paiement qui correspond au versement de la retraite de janvier.

D’autres hausses en 2024 pour les retraités ? #

Cependant, il est peu probable que de tels taux de revalorisation se maintiennent pour les augmentations suivantes au cours de l’année. Premièrement, l’inflation, qui sert de base au calcul des revalorisations, devrait nettement ralentir au cours de l’année à venir. 

À lire Aide de 1 571 euros pour les retraités : 50% oublient de la demander pour vivre mieux

Selon le rapport économique, social et financier associé au projet de loi de finances pour 2024, établi par la Direction générale du Trésor, le taux d’inflation devrait se situer autour de + 2,6 %, après des taux de +5,2 % en 2022 et +4,9 % en 2023.

Cette faible évolution des prix est combinée à une décision prise par les partenaires sociaux qui gèrent le régime Agirc-Arrco. Leur dernier accord, signé à l’automne dernier, prévoit une sous-indexation des pensions de 0,4 point par rapport au rythme de l’inflation. 

Avec un taux de revalorisation inférieur à la hausse des prix, les montants des retraites Agirc-Arrco perçues par 13 millions d’assurés devraient donc connaître une évolution minimale en 2024. Cette sous-indexation doit s’appliquer jusqu’en 2026.

La fin des revalorisations spectaculaires #

Puisque l’inflation ralentit son impressionnant rythme de croisière, les revalorisations seront moins importantes.

À lire Retraites Agirc-Arrco : mauvaise nouvelle concernant le montant de votre pension en mars

Les retraités devraient ainsi revenir aux faibles taux de revalorisation appliqués avant 2022. Voire à des augmentations inférieures à l’inflation pour les bénéficiaires de pensions du régime Agirc-Arrco.

Ce n’est pas une mauvaise nouvelle en soi. En effet, les Français attendent avec impatience la fin de l’inflation. Les prix augmentent tant depuis plus de deux ans qu’ils en oublient ce qu’est une vie avec un pouvoir d’achat décent. 

Les retraités, eux, seront contents de ne plus avoir à attendre le mois de janvier pour pouvoir mieux vivre. Pour rappel, en 2022, l’inflation était telle qu’ils profitaient d’une revalorisation en juillet. Au milieu de l’été, le gouvernement a décidé d’augmenter les pensions de 4%.