Les 4 pires marques d’huile d’olive pour la santé selon 60 Millions de consommateurs

Vous aimez l’huile d’olive ? Cette étude de 60 Millions de Consommateurs révèle quelles sont les marques les plus nocives pour la santé.

© Africadiligence.com - Les 4 pires marques d’huile d’olive pour la santé selon 60 Millions de consommateurs

L’huile d’olive est un produit typique de la cuisine méditerranéenne, réputée pour être saine et savoureuse. Les Français en raffolent, et leur consommation a même multiplié par 5, en moins de 20 ans, selon une étude de Businesscoot. Elle séduit notamment par son goût, ses bienfaits nutritionnels et sa culture.

Pourtant, toutes les huiles d’olive ne se valent pas. Certaines peuvent même être néfastes pour la santé. C’est ce que révèle une enquête menée par 60 Millions de consommateurs.

Une denrée rare sur le marché #

L’huile d’olive vierge extra présente la meilleure qualité, et doit être obtenue par un procédé mécanique, sans traitement chimique ni chauffage. Le processus doit aussi respecter des critères chimiques et organoleptiques stricts. Elle doit avoir un taux d’acidité inférieur à 0,8 %, et présenter des arômes fruités, sans défauts.

Malheureusement, l’huile d’olive vierge extra est rare sur le marché français, car la production nationale est très faible. La France importe donc plus de 95 % de son huile d’olive.

Or, de nombreux pays d’origine pratiquent des fraudes ou des contrefaçons. Ils mélangent de l’huile  de qualité inférieure avec de l’huile d’olive vierge extra. D’autres utilisent des additifs pour masquer les défauts.

Des huiles d’olive contaminées #

Les résultats d’une enquête menée par 60 Millions de consommateurs heurtent les adeptes d’huiles d’olive. L’association pointe du doigt plusieurs marques d’huiles sur le marché français. Elle révèle en fait que la plupart des marques présentent une contamination par des plastifiants ou des hydrocarbures.

Les substances en question sont des perturbateurs endocriniens, et donc toxiques pour la reproduction. Leur présence dans les huiles d’olive est d’autant plus inquiétante. En effet, elles sont susceptibles de migrer dans les aliments lors de la cuisson ou du stockage.

L’origine de la contamination reste toutefois mystérieuse. L’étude n’établit pas si les phtalates proviennent des olives elles-mêmes. Ou bien s’ils proviennent des sols, de l’eau, des engrais, des pesticides, des machines, des emballages, des transports, etc.

Quoi qu’il en soit, la réglementation européenne interdit l’usage de matériaux contenant des phtalates dans la chaîne de production et de stockage des corps gras comme l’huile d’olive.

4 marques à éviter #

Parmi les marques incriminées, quatre se distinguent par leur teneur élevée en DEHP et DBP, les plus dangereux des phtalates. Il s’agit des suivantes :

Naturalia « Vierge extra Like a Virgin » ;
La Vie Claire « Vierge extra » ;
Cauvin bio « La bio » ;
Terra Delyssa « Vierge extra ».

Ces produits sont à éviter absolument, selon les experts. À la place, ils recommandent aux consommateurs de privilégier les huiles d’olive certifiées par des labels de qualité.

3 huiles d’olive cancérigènes #

L’étude relève également la présence de substances cancérigènes et génotoxiques dans trois huiles d’olive bio. Il s’agit des Carapelli, Simplement bon et bio (Aldi) et Bio Village (E. Leclerc).

Ces huiles contiennent des hydrocarbures d’huiles minérales, ou MOH. Des substances qui proviennent de la pollution environnementale ou des machines utilisées pour la récolte et la trituration des olives. Leur taux de MOH frôle la limite fixée par l’Europe, au-delà de laquelle le produit peut être rappelé.

Des goûts non qualifiés « extra-vierge » #

L’enquête met également en cause la qualité gustative des huiles d’olive testées. La moitié d’entre elles présente en effet des goûts de rance, de moisi ou de terre. Ce qui les disqualifie alors pour l’appellation « vierge extra ».

Seules quelques huiles se distinguent par leur saveur fruitée et leur absence de fraude. Les consommateurs doivent donc être vigilants et lire attentivement les étiquettes avant d’acheter leur huile.