Le montant de cette taxe va flamber : l’astuce pour atténuer son impact pour 38 millions de Français

En 2024, une taxe que plus de la moitié des Français paient va augmenter. Comment atténuer cette hausse ?

© Africadiligence.com - Le montant de cette taxe va flamber : l’astuce pour atténuer son impact pour 38 millions de Français

Un véritable coup de massue se profile pour 38 millions de Français. Alors que l’inflation fait gonfler les prix des factures et des courses, les taxes ne sont pas en reste. Si les citoyens sont heureux de ne plus payer la taxe d’habitation sur les résidences principales, les communes, elles, regrettent ce manque à gagner. 

Il faut bien récupérer l’argent ailleurs. Et cela passe par l’augmentation d’une autre taxe. Cette dernière a déjà connu une hausse spectaculaire et historique l’année dernière. En 2024, malheureusement, elle continue d’évoluer à la hausse.

Une nouvelle hausse pour la taxe foncière #

57% des Français paient chaque année la taxe foncière. Elle concerne uniquement les propriétaires. C’est là toute la différence avec la taxe d’habitation. Les locataires devaient également la payer, jusqu’à sa disparition pour les logements principaux (elle existe encore pour les résidences secondaires).

À lire Ces propriétaires obtiennent l’annulation de la hausse de leur taxe foncière et gagnent 315 € en moyenne

En 2024, les coûts augmentent pour la troisième année consécutive après les hausses importantes (pour ne pas dire historiques) de 2022 et 2023.

L’évolution de ce prélèvement obligatoire est en partie liée à l’indice d’inflation annuel publié par l’Insee. En décembre 2023, l’institut national des statistiques a enregistré une augmentation des prix à la consommation de 3,7%. De quoi pousser le gouvernement à autoriser une hausse de la taxe de 3,9% dès 2024. 

Cette augmentation figure parmi les cinq plus importantes des 40 dernières années. De plus, le pourcentage annoncé n’est même qu’un seuil minimal. Ainsi, la facture pourrait s’avérer bien plus élevée que prévu pour des millions de Français, en fonction de leur lieu de résidence.

Les communes ont leur mot à dire #

La taxe foncière, qui connaît sa troisième année consécutive d’augmentation, affecte tous les propriétaires détenant au moins un bien immobilier. En 2024, ces propriétaires pourraient faire face à une double peine. D’un côté, l’augmentation de 3,9%. De l’autre, une éventuelle hausse des taux d’imposition décidée par les communes collectant la taxe foncière.

À lire Flambée de cette taxe en 2024 : les propriétaires vont voir rouge

En 2023, alors que la taxe foncière avait augmenté de 7,1% dans toutes les villes de France, certaines collectivités, dont Paris, Grenoble, et Troyes, avaient décidé d’ajuster également leurs taux d’imposition locaux. 

Cette initiative visait à compenser le déficit de recettes causé par l’inflation et la suppression progressive de la taxe d’habitation sur les résidences principales, débutée en 2018. À titre d’exemple, Paris avait alors opté pour une augmentation de 52,9% de sa taxe foncière, en plus des 7,1% liés à la hausse nationale.

Taxe foncière : opter pour la mensualisation  #

Selon l’Association des maires de France, la taxe foncière représente désormais 63% de leurs recettes contre seulement 30% en 2017. Frédéric Zumbiehl, juriste à l’Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI), déplore que « en 2024, il est probable que la majorité des villes votent en faveur d’une hausse supplémentaire de la taxe foncière, au-delà de 3,9%« .

Malgré cette inévitabilité apparente de l’augmentation de la taxe foncière, il existe une façon d’éviter la mauvaise surprise lors du paiement.

À lire 6 astuces méconnues pour ne pas payer de taxe foncière et 2 bons plans pour la réduire

En effet, la majorité des 38 millions de redevables de la taxe foncière l’acquittent en une seule fois. Mais, il est possible de demander la mensualisation du paiement. Vous pouvez exécuter toutes les démarches sur le site impot.gouv.fr, dans la rubrique « paiements », puis « adhérer au prélèvement mensuel ».