Après son 13e enfant, le montant vertigineux qu’elle perçoit en allocations familiales sans travailler

Une mère de treize enfants touche chaque mois des allocations familiales. Le montant incroyable est à l'origine de critiques.

© Africadiligence.com - Après son 13e enfant, le montant vertigineux qu’elle perçoit en allocations familiales sans travailler

En France, comme dans d’autres pays, certaines familles perçoivent les allocations familiales. Ces aides sociales visent à leur permettre de correctement élever les enfants. Elles permettent de pouvoir acheter ce qu’il faut pour bien nourrir les enfants, les habiller et les éduquer. 

Mais les allocations familiales sont souvent la cible d’attaques, ou plutôt les personnes qui les perçoivent. En effet, certains citoyens accusent les bénéficiaires de faire des enfants pour profiter des allocations familiales. C’est un raisonnement qui nous semble simpliste au mieux, stupide au pire. Mais c’est pourtant ce genre de critique que reçoit Cheryl Prudham.

Cheryl Prudham et les allocations familiales #

Cheryl Prudham est une maman anglaise qui se fait connaître du fait du nombre impressionnant d’enfants qu’elle élève. La jeune femme est à la tête d’une famille de treize enfants. Un nombre qui sort de l’ordinaire. Ses enfants sont le résultat de trois histoires d’amour.

À lire Les allocations de la CAF suspendues en mars, ce que vous devez faire pour les toucher

Pour élever ses enfants, Cheryl ne travaille pas. D’ailleurs, elle n’a jamais travaillé. Comment fait-elle, dès lors, pour subvenir à ses besoins ? En Angleterre, l’État propose, comme en France, des aides sociales. Cheryl touche donc tous les mois des allocations familiales.

Comme elle a treize enfants, la somme qu’elle perçoit est très importante. En effet, elle touche chaque année plus de 47 000 euros. Et forcément, cela fait scandale au Royaume-Uni. Pourquoi ? Car cette mère de famille gagne mieux sa vie que de nombreux citoyens. Cependant, il faut rappeler que cet argent lui permet d’élever treize enfants. En effet, ce n’est pas que pour elle.

Une polémique peu surprenante #

Chaque année, certaines polémiques voient le jour concernant les allocations familiales ou d’autres aides sociales. En effet, on accuse souvent les familles nombreuses de faire des enfants uniquement pour toucher des allocations familiales. C’est une vision très cynique de la vie. Comment peut-on penser que la seule motivation pour avoir un enfant réside dans le versement d’une aide sociale ?

La notion de famille nombreuse peut varier en fonction des normes sociétales et des politiques natalistes. En Angleterre, les allocations familiales existent depuis 1942, avec des montants spécifiques pour chaque enfant. En France, les allocations familiales varient en fonction du nombre d’enfants, avec des montants mensuels déterminés par la composition de la famille, et d’autres dispositions telles que le complément familial et l’allocation de soutien familial.

À lire CAF : ce changement que vous devez absolument faire pour ne pas perdre vos allocations

Allocations familiales : une famille fait encore mieux #

Cheryl Prudham n’est pas la seule mère britannique avec une famille nombreuse. En effet, les Radford détiennent actuellement le record avec 22 enfants. Ainsi, on vous laisse imaginer le montant des allocations familiales qu’ils touchent.

De son côté, Cheryl Prudham ne compte pas s’arrêter là. En effet, ce ne sont pas les critiques qui vont l’empêcher de devenir mère à nouveau, si elle le souhaite.

Certains citoyens britanniques demandent à ce que le gouvernement surveille les dépenses des familles qui touchent beaucoup d’allocations familiales. Pourquoi ? Pour voir si les dépenses sont vraiment en lien avec les enfants et la famille, ou non. 

Pour rappel, en France, la CAF fait des contrôles pour s’assurer que les allocataires respectent les conditions d’attribution des aides. Mais une fois que vous les percevez, vous pouvez les dépenser comme vous le souhaitez.

À lire CAF : la mauvaise nouvelle est tombée pour tous les bénéficiaires des aides, méfiez-vous