4 cas qui vous permettent de cotiser des trimestres pour votre retraite sans travailler

On vous explique comment il est possible de valider des trimestres pour sa retraite sans avoir à travailler. Il existe plusieurs cas de figure.

© Africadiligence.com - 4 cas qui vous permettent de cotiser des trimestres pour votre retraite sans travailler

On part à la retraite à la fin de son activité professionnelle. C’est une étape de la vie que certains Français attendent avec impatience. Cependant, du fait de la réforme, l’âge légal augmente de trois mois chaque année jusqu’à atteindre 64 ans en 2030. 

Pour partir à la retraite et bénéficier du taux plein, il faut valider 172 trimestres. Cela représente une carrière de 43 ans. Cependant, il est possible de valider un trimestre sans travailler. En effet, quatre cas de figure permettent cela et nous vous les présentons aujourd’hui.

Retraite : valider un trimestre  #

Pour obtenir la validation d’un trimestre de retraite, il est nécessaire d’avoir perçu au cours de l’année un revenu équivalent à 150 fois le Smic horaire minimum, soit 1 690,50 € en 2023. Afin de valider quatre trimestres au total dans l’année, le revenu annuel requis s’élève à 6 762 €, indépendamment du nombre de mois effectivement travaillés.

À lire Retraite : attention à cette mauvaise nouvelle à prévoir qui vise le montant de votre pension

Vous ne pouvez pas valider plus de quatre trimestres par an, peu importe si vous gagnez beaucoup d’argent. En outre, ne pensez pas, non plus, qu’il suffit de travailler un mois en gagnant beaucoup d’argent pour valider un trimestre de retraite.

Les cotisations retraite sont mensuellement calculées en fonction du Plafond mensuel de la Sécurité sociale, qui atteint 3 666 € en 2023. Ainsi, pour valider quatre trimestres, il est nécessaire d’avoir exercé une activité générant un revenu équivalent au plafond pendant au moins deux mois.

Obtenir des trimestres #

Certains cas de figure permettent aux Français de valider des trimestres sans travailler. Le premier cas concerne les périodes de chômage indemnisé. 

Ces périodes peuvent vous permettre de valider des trimestres pour votre retraite. Chaque période de 50 jours de chômage donne droit à un trimestre validé au régime de base. De plus, des points peuvent être générés pour la retraite complémentaire.

À lire Aide de 1 571 euros pour les retraités : 50% oublient de la demander pour vivre mieux

Ensuite, vous pouvez valider des trimestres grâce à l’Assurance Vieillesse des Parents au Foyer (AVPF). 

Si vous avez choisi de ne pas travailler ou avez interrompu votre activité pour élever vos enfants, la Caisse d’Allocations Familiales (CAF) ou la Mutualité Sociale Agricole (MSA), sous certaines conditions, peuvent verser des cotisations à l’AVPF. Cela donne droit à des trimestres pour le calcul de la retraite de base.

Il existe aussi l’Assurance Vieillesse des Aidants (AVA). Si vous avez réduit ou arrêté votre activité professionnelle pour assumer la charge d’un enfant ou adulte handicapé, des cotisations à l’AVA peuvent être versées pour votre compte, sous certaines conditions.

Et enfin, l’Assurance Volontaire Vieillesse. Dans certains cas, vous pouvez cotiser volontairement à l’Assurance retraite pour générer des droits.

À lire Retraites Agirc-Arrco : mauvaise nouvelle concernant le montant de votre pension en mars

Faire une demande d’ASPA #

Sachez, en outre, qu’il existe l’Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées (ASPA). Cette allocation concerne les Français qui n’ont jamais travaillé ou qui n’ont pas assez de trimestres.

On l’appelait autrefois le minimum vieillesse et peut-être que cette appellation vous parle. Elle reste une option pour les personnes à la retraite qui touchent peu, voire aucun revenu.

Cependant, il faut remplir certaines conditions, comme avoir au moins 65 ans, des ressources inférieures à un certain plafond, et résider en France au moins neuf mois par an.