Installés sur son terrain, il piège les gens du voyage avec 3 tonnes de béton

Agacé des gens du voyage, ce propriétaire prend une décision radicale. Il les piège avec un bloc de béton de 3 tonnes.

© Africadiligence.com - Installés sur son terrain, il piège les gens du voyage avec 3 tonnes de béton

Il n’est pas rare que les gens du voyage occupent sans permission certaines propriétés privées. Un homme a pourtant décidé d’agir d’une manière déterminée. Son objectif, faire partir les occupants de son terrain, mais d’une manière plutôt inhabituelle. Le propriétaire du terrain élabore une stratégie pour empêcher les gens du voyage de s’installer à nouveau sur son terrain.

Des gens du voyage se trouvent bloqués sur un terrain privé #

Il y a quelques mois, un habitant de la Haute-Garonne, propriétaire d’un terrain qui se trouve à Portet-sur-Garonne, près de Toulouse, prend une décision radicale concernant les gens du voyage. En effet, ces gens occupent de façon illégale sa propriété. Face à cette situation, l’homme n’a pas l’intention de se laisser faire.

Ce propriétaire est épuisé de voir, à chaque fois, ces gens du voyage squatter son terrain privé. Il décide alors d’agir. En effet, sa décision est loin d’être une décision à la hâte. Il y a mûrement réfléchi avant de mettre son plan en action.

À lire Elle découvre une chose immonde et visqueuse au fond de sa brique de lait achetée chez Aldi, l’horreur

Afin d’empêcher définitivement ces gens du voyage de s’installer encore et encore sur son terrain privé, il fait le choix de les en empêcher à sa manière. Toutefois, il précise qu’il a maintes fois demandé à ces voyageurs de quitter son terrain, mais en vain.

« Il en a marre. Cela fait plusieurs fois que mon terrain est occupé », confie cet habitant de la Haute-Garonne à nos confrères de la Dépêche du Midi. Avec une ferme conviction, le propriétaire ajoute : « Maintenant ça suffit. Je leur ai laissé 48 heures pour quitter les lieux. Ils ne m’ont pas écouté, tant pis pour eux ». Les gens du voyage ne voulaient rien entendre, le propriétaire agit.

Ce propriétaire bloque l’accès à son terrain #

Son ultimatum n’étant pas pris en compte, le propriétaire met en place son stratagème. Il décide de placer un bloc de béton de 3 tonnes devant son terrain privé. À l’aide d’une grue, l’homme bloque l’entrée de son terrain. Cela empêche les caravanes de quitter le terrain et les gens du voyage se trouvent piégés.

Plutôt satisfait de sa décision, le propriétaire du terrain précise qu’à chaque fois que ces gens du voyage s’installent sur son terrain, il doit déposer un référé au tribunal. Cela dit, pour ce coup, ce sont les occupants de son terrain qui doivent en déposer un. Il explique aussi que les procédures prennent du temps, ce qui risque d’être long pour ces voyageurs.

À lire Permis de conduire : les nouveaux changements à prévoir encore cette année

Sidéré et en colère face à cette décision, un représentant des gens du voyage a pris la parole sur La Dépêche du Midi. Il pointe du doigt l’attitude inconsciente du propriétaire du terrain. « Imaginez qu’ils aient besoin d’être évacués d’urgence » rétorque-t-il. En disant qu’il y a des enfants de bas âge dans son groupe de voyageurs.

Avant d’ajouter qu’ils sont venus pour prendre un peu de fraîcheur, vu que c’est la canicule et que le terrain a des arbres pour un peu d’ombre. Mais le propriétaire renie ces accusations, en effet, il explique qu’il a laissé un accès aux voitures. Ainsi, ces gens du voyage peuvent circuler en cas d’urgence. D’ailleurs, il précise que son béton bloque uniquement les caravanes.

Gens du voyage : Ils doivent payer pour leur liberté #

Le propriétaire veut absolument éradiquer ces gens du voyage de son terrain. Désormais, ils doivent alors payer pour leur liberté. Comme il l’a expliqué, les occupants de son terrain doivent déposer un référé au tribunal pour une demande d’enlever le bloc de béton.

Pourtant, les procédures sont longues. Et il faut au moins un mois avant l’application de la décision. Satisfait de sa décision, le propriétaire attend donc un référé des gens du voyage pour qu’il enlève son gros béton et les laisse partir. En tout cas, cet habitant de la Haute-Garonne espère ne plus revoir ces gens sur sa propriété.

À lire Chèque carburant : la mauvaise nouvelle est tombée pour ces automobilistes, les concernés