Ironie du sort, devant la crise qui frappe l’économie de son pays, le premier ministre portugais presse ses jeunes concitoyens de «quitter leur zone de confort » et de partir à la conquête de l’Afrique. Pour Pedro Passos Coelho, les Portugais peuvent trouver des opportunités de travail dans les anciennes colonies émergentes telles que l’Angola.

Le Portugal connaît sa pire récession depuis les années 1970. Le pays enregistre  un taux de chômage record depuis qu’il a franchi la barre psychologique de 15 % de la population sans emploi. A la fin du premier semestre 2012, plus d’un jeune portugais sur trois est au chômage.

Pour réduire le déficit budgétaire de 5,9%, les principaux créanciers – FMI et Union Européenne – ont imposé un programme d’assainissement drastique des finances publiques qui passe par la baisse des salaires des fonctionnaires, la réduction des pensions et la diminution des allocations sociales.

Le gouvernement de Pedro Passos Coelho n’a d’autres choix que d’encourager les jeunes à s’exiler dans les pays émergents d’Afrique (comme l’Angola) et d’Amérique latine (comme le Brésil).

En 2011, plus de 120 000 Portugais auraient émigré vers les ex-colonies, d’après Lisbonne.

Dans le même ordre d’idées, lire :

Afrique : l’attractivité d’un éléphant en pyjama

L’Afrique face aux réfugiés économiques européens

(Avec Ecofin)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici