Le CEO de KCG promu Chevalier de l’Ordre National de la Valeur Due diligence en Afrique : Knowdys renforce la validation de partenaires Innovation : KCG creuse le sillon de la due diligence foncière en Afrique « afriques, Panafrique » : l’immense traité de géopolitique africaine

L'Edito de Guy Gweth

Chaque semaine, le président du Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE) vous entraine dans les arcanes de la géoéconomie et de la géostratégie africaines.

Lire la suite

1000 bonnes raisons d’investir au Ghana

C’est au Ghana que Barack Obama, fraîchement élu Président des Etats-Unis, a réservé sa première visite officielle en Afrique, en compagnie du Corporate Council on Africa (CAA)[1]. C’était du 10 au 11 juillet 2009, 17 mois après son prédécesseur républicain Georges W. Bush. Entreprise dans le cadre de la nouvelle diplomatie américaine du smart power, cette visite avait également pour objectif stratégique de saluer le modèle démocratique ghanéen,  invitant les opérateurs internationaux à y investir.

Patrie du panafricaniste Kwame Nkrumah, le Ghana fait figure de berceau des « États-Unis d’Afrique » et regorge de tout ce que le continent compte de richesses au niveau des hommes, des institutions, de la faune, de la flore, du climat et du sous-sol. Situé au bord du golfe de Guinée, ce pays de 23 382 848 habitants partage ses frontières avec la Côte d’Ivoire, le Togo et le Burkina Faso. Avec ses 238 540 km², (presque l’équivalent du golfe persique) la Côte-de-l’or[2] est réputée pour ses minerais et sa bonne gouvernance économique et politique.

Les découvertes de  pétrole off shore commencées en 2007 (avec les 600 millions de barils des champs pétrolifères du Cap des Trois Points et de Deep Water Tano) continuent. En 2009, la société nationale (GNPC) et ses partenaires (Tullow Oil, Kosmos Energy, Anadarko et Sabre Oil & Gaz) ont annoncé la découverte de nouvelles réserves de pétrole et de gaz sur les côtes du bassin de Tano, à l’ouest du pays. Mis à part ce créneau, l’eau, l’énergie, le BTP, les NTIC et les transports sont les cinq grands secteurs où il fait bon investir en ce moment.

Le Ghana est 92ème dans le classement Doing Business 2010 devant l’Argentine (118), la Russie (120) et le Brésil (129) avec 135 créations d’entreprises sur toute l’année et un indice de divulgation de l’information de 7/10 contre 5.5/10 dans l’OCDE et 4.5/10 en moyenne en Afrique subsaharienne. Il faut 33 jours et 08 procédures pour créer une SARL dans le pays alors que la moyenne est de 41 jours et 9 procédures en Afrique subsaharienne. En visitant le Ghana, Barack Obama a tracé la voie de la réussite aux investisseurs qui osent.

Vous voulez investir et/ou accroître votre compétitivité au Ghana? Consultez vos experts :

www.gwethmarshall.com


[1] Fondé en 1993, le Corporate Council on Africa  (CAA) a été institué pour faciliter les relations commerciales entre les  Etats-Unis et l’Afrique. Le Board du CCA est notamment composé des représentants de  Boeing, Chevron, Exxon Mobile, General Electric,  Johnson & Johnson Corp, Merck, Motorola, Oracle, Standard Bank Group et de World Coca-Cola Foundation.

[2] Nom du Ghana avant son indépendance en 1957,  appellation due à  ses immenses richesses minières (or, diamant, bauxite, etc.)

Veille multi-sectorielle, études de marché, authentification de documents, notes de conjoncture, organisation des RDV d'affaires, formations et conférences... Les experts en intelligence économique, due diligence et public affairs de Knowdys mettent à votre disposition une connaissance précise de l'environnement économique, culturel et géopolitique des marchés africains.

Plus d'infos sur www.knowdys.com

1 Commentaire

Laisser un commentaire