(Africa Diligence) Au Ghana, les découvertes de gisements de pétrole en 2012 ont contribué pour beaucoup à l’envolée économique du pays. Les perspectives de croissance économique sont fortement encouragées par les matières premières, notamment l’or, les produits agricoles et le pétrole. Le taux de croissance en 2014 devrait d’ailleurs atteindre 8,7 %, stimulé à hauteur de 6,5 % par la production pétrolière. Pour les professionnels d’Africa Diligence, l’économie ghanéenne est sur le trampoline du développement.

L’économie ghanéenne est tributaire des matières premières agricoles, minérales et minières qui influencent énormément sa croissance économique. Ces matières premières ont largement contribué à la croissance de son PIB depuis 2011. Les principales matières premières peuvent être groupées en trois secteurs : minéral, minier et agricole.

Le sous-sol regorge de minerais, de diamant et d’or. Le pays a d’ailleurs enregistré une croissance de 8 % en 2010 grâce à l’or. Ce minerai en particulier a représenté plus de 80 % du revenu total du secteur minéral. En 2011, le pays occupait la 8e place du classement des plus importants producteurs aurifères du monde et la 11e place au classement des pays dotés des réserves d’or les plus importantes au monde.

Le pétrole et le gaz naturel représentent le plus gros des exportations du secteur minier. Les réserves pétrolières en 2010, seraient passées à presque 700 millions de barils, remportant au pays 3 milliards de dollars en 2012. Et au cours de l’année 2012, le pétrole est même devenu le deuxième produit d’exportation du Ghana. Avec la récente découverte de gisements de pétrole au large de ses côtes, ses réserves en hydrocarbures ont augmenté de manière significative. Le Ghana exporte actuellement plus de 110.000 b/j. Un volume qui devrait s’accroitre durant les prochaines années, avec l’entrée en production des nouveaux champs pétrolifères. D’après certains analystes, la découverte de ces gisements près du champ Jubilee devrait porter la production globale du pays à environ 250.000 b/j en 2021 contre 110.000 b/j actuellement.

Le secteur agricole quant à lui est dépendant des précipitations. Il est essentiellement marqué par les productions de cacao, d’huile de palme, d’hévéa, de noix de coco, d’ananas, de riz et de maïs. Le cacao est d’ailleurs le deuxième produit d’exportation après l’or et la première culture d’exportation. En 2011, la production a même atteint le record d’un million de tonnes. Le Ghana est le deuxième producteur mondial de cacao et l’un des quatre principaux producteurs africains (Côte d’Ivoire, Ghana, Nigeria et Cameroun).

Le Ghana c’est aussi : les cultures vivrières principalement constituées de tubercules (manioc, igname, taro, banane plantain) et de céréales (mais, sorgho, riz). La production de céréales est estimée à plus de 2 millions de tonnes, surplombée par les productions de maïs (1,8 million de tonnes) et de riz (491.000 tonnes). Les cultures fruitières sont quant à elle dominées par les bananes (64.200 tonnes) et les ananas (40.140 tonnes).

(Avec ITIE et Perspectives économiques en Afrique)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici