Due diligence en Afrique : Knowdys renforce la validation de partenaires Innovation : KCG creuse le sillon de la due diligence foncière en Afrique Knowdys lance son Pack Pro PME-PMI en Afrique de l’Ouest et du Centre KCG : une business unit pour la conquête de financements internationaux

L'Edito de Guy Gweth

Chaque semaine, le président du Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE) vous entraine dans les arcanes de la géoéconomie et de la géostratégie africaines.

Lire la suite

Veille & intelligence économique – semaine du 28 avril 2014

Veille & intelligence économique – semaine du 28 avril 2014

(Africa Diligence) Découvrez ci-après le choix de la semaine à propos de la veille et de l’intelligence économique : trois questions au sujet du Doing Business 2014 ; la nouvelle donne des données personnelles ; les capteurs des téléphones intelligents; la Chine bientôt première puissance économique mondiale et UANI, une arme informationnelle pour la conquête du marché iranien.

Lundi 28 avril 2014 : « Doing Business 2014: trois questions pour désamorcer la polémique (?) »

Lu dans Africa Diligence

Dans son éditorial cette semaine, Guy Gweth, conseil en intelligence économique chez Knowdys, est revenu sur l’analyse critique des forces et faiblesses du Doing Business 2014. (1) La crédibilité : un classement est crédible s’il bénéficie d’une certaine influence et c’est le cas du Doing Business, avec ses milliers de citations dans les médias et dans les revues académiques. Aussi, pour ce qui est du Doing Business 2014, sa solidité peut se mesurer à l’aune du nombre d’experts mobilisés. (2) Les résultats : les écarts que l’on peut observer d’un classement à un autre peuvent s’expliquer à travers le choix méthodologique, la base d’informations et la pertinence des indicateurs retenus. (3) Les critiques : la Banque mondiale est loin d’admettre les remises en causes liées à sa base d’informations, à sa méthodologie de collecte et à la pertinence des indicateurs qui sont retenus. Enfin, pour être bien classés, certains pays initient des réformes (simplement théoriques), à condition qu’elles entrent dans le périmètre des indicateurs retenus.

Mardi 29 avril 2014 : « Données personnelles : la nouvelle donne »

Lu dans ArchiMag

Le sujet des données à caractère personnel est chaque jour davantage placé au cœur de l’attention, entre forte exposition médiatique et mouvements de contestation citoyenne. Il s’agit d’un sujet sensible comme l’illustre ces exemples : la commune belge de Destelbergen qui admet avoir commercialisé des informations concernant ses habitants auprès d’entreprises locales ; 800 000 comptes clients piratés chez Orange ; plus de 20 millions de clients de trois banques coréennes ont appris que leurs données personnelles étaient revendues à des professionnels du marketing direct ; la banque britannique Barclay’s qui monétise ses fichiers clients afin de permettre un meilleur ciblage et ainsi optimiser le placement de produits d’investissement. Autant le savoir, le cycle de vie des informations que nous générons à travers nos actions sur Internet notamment, va nourrir une chaîne de valeur pour au moins une triple finalité : publicitaire, contrôle, analyse prédictive.

Mercredi 30 avril 2014 : « Les capteurs des smartphones sont de vrais mouchards »

Lu dans Silicon

Ceux qui pensaient parvenir à se protéger en refusant de partager leur géolocalisation, leur nom et toutes autres informations personnelles, ont appris cette semaine que toute tentative est vaine dès lors qu’ils utilisent un smartphone. En effet, des chercheurs des universités de l’Illinois, de Caroline du Sud et de Zhejiang indiquent dans un rapport que les différences minimes entre capteurs sont suffisantes pour identifier n’importe quel smartphone. Pour ce rapport, malgré toute tentative de standardisation et de contrôle qualité des capteurs, ceux-ci présentent des imperfections uniques. Elles permettent non seulement d’identifier le composant (référence du capteur) mais représentent donc également une signature pour chaque smartphone. Cette signature est de surcroît indélébile car non aliénée aux logiciels qui exploitent lesdits capteurs.

Jeudi 01 mai 2014 : «  Faut-il craindre la puissance économique de la Chine ? »

Lu sur RTBF Info

La Banque mondiale a rendu public, mercredi 30 avril 2014, son nouvel état des lieux de l’économie mondiale. L’ère de la domination économique mondiale des États-Unis est en passe de s’achever au profit de la Chine. Et bien plus vite que prévu, d’après une analyse des journaux britanniques Financial Times et The Economist basée sur ces nouvelles estimations rendues publiques par la Banque mondiale. Le tournant pourrait d’ailleurs avoir lieu dès cette année, et non plus en 2019 comme anticipé par la plupart des analystes. 2014 pourrait donc marquer un tournant historique dans le rapport de force économique mondial. Les Etats-Unis occupent la première place depuis 1872.

Vendredi 02 mai 2014 : « United Against Nuclear Iran : Une arme informationnelle pour la conquête du marché iranien ? »

Lu dans Infoguerre

Suite au voyage de prospection en Iran organisé par le patronat français,  l’organisation américaine United Against Nuclear Iran a lancé une campagne de dénonciations et de menaces à l’encontre des principales entreprises ayant participé à ce voyage. Cette campagne, véritable attaque informationnelle, vise à empêcher toute implantation ou prospection d’entreprise étrangère en Iran. Cette ONG selon Infoguerre, est suffisamment puissante pour parvenir à détourner nombres d’entreprises de leurs ambitions iraniennes. On observe ainsi une véritable montée en puissance de l’influence informationnelle alors que l’ouverture du marché iranien est lancée. La levée progressive des sanctions ouvre des perspectives pour un marché de 80 millions de consommateurs. Dans ces conditions, on comprend que c’est au travers de l’arme informationnelle utilisée de manière directe ou indirecte par les sphères économique, politique et sociale que se joue d’ores et déjà le partage du gâteau économique iranien.

La Rédaction

– Rejoignez Africa Diligence sur Facebook

– Suivez Africa Diligence sur Twitter

 

Veille multi-sectorielle, études de marché, authentification de documents, notes de conjoncture, organisation des RDV d'affaires, formations et conférences... Les experts en intelligence économique, due diligence et public affairs de Knowdys mettent à votre disposition une connaissance précise de l'environnement économique, culturel et géopolitique des marchés africains.

Plus d'infos sur www.knowdys.com

0 Commentaires

Laisser un commentaire