Christian Harbulot (directeur de l’Ecole de Guerre Economique de Paris) et Guy Gweth (directeur de GwethMarshall Consulting) analysent l’évolution de l’intelligence économique sur le continent africain (États, puissances étrangères, entreprises et formations) chez Choiseul éditions.

Extrait :

« Après de long mois d’explications et de plaidoyer, l’intelligence économique a été inscrite à l’ordre du jour des travaux de la trente-cinquième Assemblée de la Conférence permanente des chambres consulaires africaines (CPCCAF)[1] organisée à Abidjan, en Côte d’Ivoire, du 11 au 13 novembre 2009 […]

« Par une résolution[2] prise lors de sa trente-sixième session tenue à Dakar du 4 au 8 juillet 2010, l’Assemblée parlementaire francophone (APF)[3] a demandé  aux Etats francophones de ‘se doter de dispositifs d’intelligence économique afin de corriger les écarts qui les privent des bénéfices de la mondialisation commerciale.’»

L’analyse complète sera disponible prochainement aux éditions Choiseul.

Christian Harbulot, co-rédacteur du Rapport Martre en 1994, est l’un des pionniers de l’intelligence économique en France. Ancien élève de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, il est également le directeur du cabinet Spin Partners.

Guy Gweth dirige le 1er cabinet d’intelligence économique en Afrique centrale. Ancien de l’Ecole de Guerre Economique , il appartient à la 4ème promotion de l’Executive Doctorate in Business Administration de l’Université Paris-Dauphine.

GMC


[1] Créée en 1973, la Conférence permanente des chambres consulaires africaines et francophones (CPCCAF) est le réseau de coopération et d’appui aux chambres consulaires pour le développement et la structuration du secteur privé en Afrique. Le CPCCAF compte une centaine d’organisations de 27 pays francophones (dont 24 africains) couvrant les secteurs du commerce et de l’industrie, des services, de l’artisanat et de l’agriculture.

[2] http://apf.francophonie.org/spip.php?article1301

[3] L’APF regroupe les parlementaires de 77 assemblées ou organisations interparlementaires présentes sur les cinq continents. L’Afrique constitue un tiers  de ses effectifs avec 25 pays membres, soit la moitié des Etats du continent, auxquels s’ajoutent le Parlement panafricain, L’Union économique et monétaire d’Afrique australe (UEMOA) et la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC).

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici