(Africa diligence) En 2008, la Communauté d’Afrique de l’Est avait envisagé une expansion du marché de libre-échange incluant cinq pays membres: Ouganda, Burundi, Kenya, Rwanda et Tanzanie. Pour les analystes d’Africa diligence, l’innovation du système de paiement transfrontalier est une vraie progression dans le dispositif financier communautaire.

La Communauté d’Afrique de l’Est (CAE) et la Banque africaine de développement (BAD) ont lancé, lundi 10 mars 2014, le projet de système de paiement et de règlement de la CAE (EAC-PSSIP) afin d’accroître le développement du secteur financier dans la région.

Cette initiative, financée à hauteur de 23 millions de dollars (16,5 millions d’euros) par la BAD, vise à compléter l’intégration des infrastructures des marchés financiers régionaux pour faciliter les transactions transfrontalières et soutenir les économies de la région. Une plateforme va être mise en place pour permettre aux traders de recevoir des paiements en temps réel et en monnaie locale.

« Le bon fonctionnement des systèmes de paiement et de règlement constitue une infrastructure de base pour le fonctionnement des économies de marché », a déclaré le secrétaire général de la CAE, Richard Sezibera.

« En effet, ces systèmes constituent des mécanismes efficaces pour l’échange d’argent entre les différentes parties d’une transaction ; ils assurent le caractère final et irrévocable des paiements et règlements ; ils permettent la gestion, la réduction et la maîtrise des risques liés aux paiements systémiques ou autres et ils facilitent la mise en œuvre des politiques monétaires » a-t-il ajouté.

(Avec Making Finance Work for Africa et Afrique Infos)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici