Le commerce en ligne au Sénégal à l’heure du décollage

Le commerce en ligne au Sénégal à l’heure du décollage

[Africa Diligence] Au milieu de la crise sanitaire venue de Chine, et qui s’est abattue sur le monde, certains se frottent les mains et pas seulement pour les désinfecter. C’est le cas de plusieurs sociétés de livraison, principalement localisées dans la capitale sénégalaise Dakar.

Depuis que le nouveau coronavirus a atteint le pays, début mars 2020, de plus en plus d’habitants se sont mis à commander des produits d’épicerie en ligne, pour éviter de prendre des risques en sortant de chez eux. Un sacré coup de pouce à des services de livraison naissants dans une société où d’habitude, les produits sont achetés dans des magasins ou des marchés.

C’est l’histoire du Club Kossam qui affirme avoir doublé son activité mensuelle en moins de trois mois. Chaque semaine, cette entreprise livre désormais des produits laitiers, des légumes, des fruits et de la viande à 1 300 ménages de Dakar.

La crise a poussé cette société de livraison a accélérer le développement de son équipement informatique, au moment où le couvre-feu a empêché les achats de fin de journée dans les rues, a fixé des limites aux transports publics et imposé la fermeture des marchés en plein air pour lutter contre la propagation du virus.

Les ventes du Club Kossam ont atteint 62 millions de francs CFA (93 500 euros) en avril, contre une moyenne mensuelle de 30 millions avant l’épidémie et il a recruté 25 employés pour faire face à la forte augmentation de la demande.

Les Sénégalais ont-ils pris le pli de l’achat en ligne ?

L’entreprise est l’une des soixante installées comme elle sur le créneau encore embryonnaire du commerce électronique au Sénégal, selon un rapport du commerce et du développement des Nations unies, qui met en évidence les efforts déployés par le ministère sénégalais du Commerce pour répondre à l’épidémie en aidant le secteur de la vente à distance.

Les blocages dus à la pandémie de Covid-19 ont accéléré le virage pris par les consommateurs vers les achats en ligne à travers le continent, a déclaré cette semaine le géant africain du commerce électronique Jumia.

Selon le directeur du Club Kossam, Lucien Diedhiou, “il y a une nouvelle génération qui change ses habitudes. (…) Je suis convaincu que les Sénégalais resteront intéressés par nos services au-delà de la fin de l’épidémie”, dit-il optimiste.

Un avis qui rend sceptique Rapidos, autre société sénégalaise de livraison à domicile, pour laquelle la période récente a aussi été très faste. Ses dirigeants attribuent le succès du commerce en ligne à la crise du coronavirus mais aussi aux achats liés au mois du ramadan. A leurs yeux, pas sûr qu’une fois cette période passée, le phénomène s’installe dans la durée.

La Rédaction (avec FI et Reuters)