Alerte sur le marché financier de la zone Afrique centrale

Alerte sur le marché financier de la zone Afrique centrale

[Africa Diligence] Déjà identifiées et surveillées par les acteurs de la due diligence et de l’intelligence économique de KCG, en raison de leur singularité, ces deux entreprises font désormais l’objet d’une alerte de la Commission de surveillance du marché financier de l’Afrique centrale (COSUMAF). Prudence recommandée.

La COSUMAF a ciblé deux sociétés faisant appel public à l’épargne, à savoir « Crowd1 » et « Le coffre de luxe ». Ces entités sollicitent des fonds auprès du public pour des placements financiers avec une promesse de rendement, en violation des normes régionales.

La société « Crowd1 » est présente en République du Congo depuis plusieurs mois et vient également de s’installer au Gabon. Pour le régulateur du marché financier en Afrique centrale, ces activités sont illicites dans la mesure où les acteurs visés n’ont reçu aucune autorisation préalable pour exercer sur le marché financier régional. 

La COSUMAF a alors invité les populations de la zone CEMAC à une plus grande prudence face à ces cas « d’escroqueries » qui sévissent actuellement.

« La COSUMAF en appelle à la vigilance quant à toutes offres de placement non autorisées. Il est porté à l’attention des promoteurs de ces plateformes que seuls les intermédiaires agréés du marché peuvent exercer les activités de collecte de fonds auprès du public. Sans préjudice de poursuite pénale, le non-respect de ces dispositions est passible de lourdes sanctions conformément à l’article 388 du règlement général de la COSUMAF », a averti le gendarme financier dans un communiqué publié, le 8 juin 2020.

Quelques membres affiliés de « Crowd1 » contactés à Brazzaville disent ne pas comprendre la décision de la COSUMAF. Ils considèrent Crowd1 comme une plateforme de formation, d’éducation en matière de commerce en ligne, de gestion financière, de développement personnel, d’investissements dans l’immobilier… Selon eux, « crowd1 » exercice au même titre qu’Amazon ou Alibaba. Mais, il est difficile de cerner les réseaux mis en place par les promoteurs pour collecter des fonds et les pourcentages promis au grand public.

En réalité, « Crowd1 » fait de l’affiliation pour attirer la clientèle pour d’autres compagnies et promet de partager avec ces sociétés 50 % de leurs bénéfices. Ensuite la société promet de partager 80% de l’ensemble de ses gains avec ses deux catégories de membres affiliés : les premiers sont ceux qui ont acheté des pacs d’éducation sous forme de primes trimestrielles et les seconds qui, en plus de leurs achats, ont attiré d’autres affiliés et ont formé un réseau d’affiliés indépendants.

 Fiacre Kombo La Rédaction (avec Loïcia Martial)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.