Comment les douanes maliennes veulent doper le marché local

Comment les douanes maliennes veulent doper le marché local

[Africa Diligence] Un nouveau dispositif est désormais opérationnel à Koutiala, ville de plusieurs unités industrielles telles que l’égrenage de coton, d’huileries et d’aliments pour bétail ou des savonneries. Il permettra notamment d’accroître la contribution de la région aux recettes du Trésor public malien.

La cérémonie de lancement des activités de la nouvelle structure dirigée par Mohamed Coulibaly a eu lieu le 13 juin 2020. Elle était présidée par le préfet de Koutiala, Youssouf Niaré, en présence du directeur général des douanes, l’inspecteur général Mahamet Doukara. Celui-ci a expliqué que l’opérationnalisation d’une nouvelle direction des douanes à Koutiala est une réponse à l’obligation de bonne gouvernance prônée par le gouvernement et aux multiples défis des douanes maliennes.

Au nombre de ces défis, l’inspecteur général Mahamet Doukara a cité la simplification et la facilitation des procédures offertes aux usagers. Selon lui, le choix de Koutiala pour abriter une direction régionale des douanes n’est pas fortuit. Il se justifie par le fait que c’est une ville qui compte plusieurs unités industrielles, notamment d’égrenage de coton, d’huileries et d’aliments pour bétail, mais aussi des savonneries. Il a aussi rappelé la position géographique de Koutiala, un carrefour qui est devenu au fil des années, un très grand centre d’échanges, où le commerce et le transport sont florissants grâce au dynamisme de ses opérateurs économiques.

La direction comporte le bureau principal à Koutiala, ouvert à toutes les opérations de dédouanement à l’exclusion de celles réservées au bureau spécialisé et le bureau secondaire à Koury, vers la frontière avec le Burkina Faso. Ce bureau est dédié à l’exportation sans limitation de valeurs, à l’importation pour les opérations de droit commun, d’une valeur inférieure ou égale à 3 millions de FCFA. Il est fermé à tous les régimes suspensifs à l’exception du transit. La nouvelle direction régionale dispose de 2 divisions, comprenant 4 sections, dont la section recherche et intervention. Toutes ces structures sont animées par une quarantaine d’agents.

Ce dispositif devrait permettre, selon le patron des douanes maliennes, de rehausser la contribution de la région dans la réalisation des recettes au profit du Trésor public. Le préfet du Cercle a évoqué l’opérationnalisation de la région douanière de Koutiala qui, elle-même va donner un coup d’accélérateur à l’opérationnalisation des autres services régionaux. Youssouf Niaré a rappelé que l’opérationnalisation des nouvelles régions du Mali intègre les priorités gouvernementales. Elle demeure l’une des recommandations majeures du Dialogue national Inclusif (DNI), tenu en décembre 2019.

La Rédaction (avec Ibrahim Dembélé et Amap-Koutiala)

Laisser un commentaire