Question pour une étude : Facebook va-t-il tuer le marché de l’internet en Afrique ?

Question pour une étude : Facebook va-t-il tuer le marché de l’internet en Afrique ?

[Africa Diligence] Le géant américain des médias sociaux Facebook affirme que ses investissements dans la connectivité Internet en Afrique permettront à l’économie du continent de croître de près de 60 milliards de dollars d’ici 2024. De quoi provoquer une étude de marché pour en avoir le cœur net.

Un rapport publié par l’entreprise montre qu’une augmentation de l’accès à l’internet permettrait de réduire considérablement le coût de l’internet sur le continent. Ce livrable a poussé les experts en intelligence économique et business intelligence d’Africa Diligence à lancer une étude du marché de l’internet en Afrique du Centre, Est et Ouest à délivrer en septembre 2020.

Facebook affirme qu’elle investit dans des centres de données, des câbles sous-marins et des infrastructures wi-fi pour permettre à un plus grand nombre de personnes en Afrique subsaharienne d’accéder à l’internet et pour stimuler l’adoption du commerce électronique et des demandes d’emploi en ligne.

3G à quatre millions de personnes en Ouganda et au Nigeria.

Plus de la moitié de la population de l’Afrique subsaharienne n’a pas accès à l’internet, et les services sont plus chers que dans d’autres régions du monde. Les recherches menées par l’Alliance pour une connexion internet abordable montrent qu’en moyenne sur le continent africain, 1 Go de données représentait 8 % du revenu moyen à la fin de 2018 – contre 2,7 % dans les Amériques et 1,5 % en Asie.

On estime que les applications Facebook telles que Instagram et WhatsApp représentent 20 % du trafic internet total dans la région. Le réseau de médias sociaux a annoncé que 139 millions de personnes en Afrique ont utilisé la plateforme par mois en 2018.

La Rédaction (avec BBC)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.