[Africa Diligence] Pays le plus peuplé, premier producteur de pétrole et première puissance économique du continent, le Nigeria a su rester la première destination des investissements directs étrangers en Afrique, contre vents et marées. Ici, c’est la fumée qui cache la croissance. Dans les faits, sa politique de libéralisation favorise l’investissement privé, l’entrepreneuriat et les alliances stratégiques entre firmes étrangères.

Des mesures incitatives à l’investissement étranger

Le gouvernement nigérian a mis en place des mesures incitatives en vue de stimuler les investissements nationaux et étrangers dans le secteur privé. La loi sur les sociétés de 1990 est celle qui réglemente l’incorporation des entreprises au Nigeria. D’après cette loi, un étranger peut investir et participer au fonctionnement de toute entreprise. La propriété d’une entreprise 100% étrangère est autorisée dans la plupart des secteurs d’activités, exception faite du secteur pétrolier et gazier où l’investissement est limité à des coentreprises. Toutefois, les industries considérées comme cruciales pour la sécurité nationale, telles que les armes à feu, les munitions, les vêtements militaires et paramilitaires sont réservées aux investisseurs nationaux.

La loi nigériane protège également contre toute expropriation ou nationalisation. Elle garantit la liberté de transférer en devises convertibles les bénéfices nets ou encore les dividendes liés à l’investissement. Afin d’instituer un environnement des affaires convivial, le gouvernement a procédé au repositionnement des agences de promotion à l’instar de la Nigerian Investment Promotion Commission (NIPC). L’une des mesures prises pour faciliter et promouvoir l’investissement dans le pays a été la mise en place du One-Stop Investment Centre (OSIC). Il réunit en un même lieu tous les organismes de promotion des investissements du Nigeria.

Un climat des affaires en nette amélioration

Le climat des affaires au Nigeria s’est considérablement amélioré ces dernières années, malgré la corruption rampante et les troubles géopolitiques. Selon le rapport Doing Business 2014 de la Banque mondiale, le pays figurait dans le groupe des 20 économies ayant enregistré les meilleures performances pour l’indicateur « obtention de prêts ». Dans le classement de 2015, le Nigeria a enregistré un gain de 5 places passant de la 175e à la 170e sur 189 économies.

Toutes les entreprises doivent être enregistrées auprès de la Corporate Affairs Commision (CAC). Les investisseurs peuvent choisir entre différentes structures juridiques pour constituer leurs entreprises. Les principales formes en vigueur sont : i) les sociétés à responsabilité limitée privées ; ii) les sociétés publiques à responsabilité limitée (Plc) ; iii) les sociétés à responsabilité illimitée ; iv) les sociétés à responsabilité limitée par garantie ; v) les sociétés étrangères (succursale ou filiale de société étrangère) ; vi) les sociétés de partenariat ; vii) les entreprises individuelles ; ou encore viii) les représentations dans des cas particuliers.

La création d’une entreprise au Nigeria se déroule en 8 étapes sur une durée de 28 jours. Une procédure relativement laborieuse comparée à la moyenne subsaharienne (7,8 étapes pour 27,3 jours). Néanmoins, grâce à un coût total de création avantageux (31,1% du revenu par habitant), le pays a gagné 9 places (129e) en termes de création d’entreprises dans le rapport Doing Business 2015.

Les 8 étapes de création d’une entreprise

1. Réserver un nom de société unique à la CAC
2. Préparer les documents constitutifs nécessaires et payer les droits de timbre
3. Signer la déclaration de conformité (formulaire CAC 4) devant un commissaire assermenté ou un notaire
4. S’inscrire à la CAC et payer les frais à la réception de la Banque
5. Faire un sceau de l’entreprise
6. S’inscrire à l’impôt sur le revenu et la TVA au Service fédéral Inland Revenue
7. S’inscrire à l’impôt sur le revenu Pay as You Earn (PAYE) à l’Office national de la taxe
8. Enregistrer les locaux commerciaux auprès du gouvernement de l’Etat et payer la redevance dans une banque désignée.

Des ressources naturelles abondantes

Le géant africain regorge d’abondantes ressources naturelles. Le pays est doté d’énormes gisements de pétrole et de gaz, en plus d’autres ressources minérales à l’instar de l’or, du charbon, de la bauxite, du diamant ou encore de l’uranium. Le Gouvernement mène de nombreux programmes attractifs pour les IDE, notamment dans l’agriculture, l’exploitation et l’extraction minière, le secteur de l’énergie électrique, le pétrole, le gaz, et les secteurs d’exportation.
Enfin, le Nigeria se situe à la porte de nombreux pays ouest-africains. Hormis son important marché estimé à plus de 170 millions de consommateurs, le pays est membre de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Il offre, de ce fait, un accès préférentiel à un grand marché estimé à plus de 300 millions de consommateurs.

Jeanne Ekassi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici