[Africa Diligence] Si l’ex-président tchadien, Hissen Habré, n’a pas fini de payer pour son ralliement aux Américains depuis 1990, son successeur, Idriss Déby, lui, est devenu incontournable pour Paris. Après les putschs manqués de mars 2005 et février 2008, le guerrier Zaghawa ne menace plus de fermer la base militaire française dans son pays. Mais… il a appris à faire respecter le Tchad.

Arrivé au pouvoir en 1990 avec l’appui de la DGSE (Direction générale de la Sécurité extérieure), le service de renseignement extérieur français, Idriss Déby a dû batailler âprement pour conserver son fauteuil présidentiel, se faire respecter de la main qui l’a fait roi, et ouvrir son économie aux puissances autres que la France. Le 10 avril 2016, les électeurs ont été appelés aux urnes pour le premier tour de la présidentielle. Au total, 13 candidats étaient en lice, dont le président sortant qui brigue son 5ème mandat. Un scrutin, sous très haute surveillance, dont l’issue est connue d’avance.

Si l’Elysée a déjà préparé son texte de félicitations au futur président élu, c’est que le « fennec du désert », comme l’appellent les Renseignements militaires français, est devenu incontournable en Afrique centrale. Et qu’il a appris à se faire respecter. Le 14 octobre 2012, il boude le Sommet de la Francophonie en RDC pour fêter le 44è anniversaire de l’indépendance de la Guinée équatoriale avec son « frère Obiang Nguema ». Le 16 octobre suivant, Idriss Déby se pose à Kinshasa où il est accueilli à l’aéroport par le président Joseph Kabila… Lorsqu’arrive l’intervention militaire au Mali, Paris est obligé de composer avec celui que « l’Elysée a trop tardé à recevoir » au goût de N’Djamena.

Lors de la célébration du 50ème anniversaire de l’indépendance du Tchad, le président Déby pousse le bouchon plus loin : il demande solennellement à la France de payer le loyer de sa présence militaire dans le pays. Ou de partir… François Hollande, en chef de guerre, n’a d’autres moyens que de s’exécuter. Enfin reçu à l’Elysée, le 5 décembre 2012, puis au MEDEF (patronat Français) le lendemain, en compagnie de ses principaux ministres, qu’accompagne le fondateur de Knowdys Consulting Group, le chef de l’Etat tchadien se place au centre du jeu. Un mois plus tard, il compose les Forces Armées Tchadiennes d’Intervention au Mali (FATIM). Il les dote de 2000 soldats d’élite et près de 250 véhicules de transport de troupes et de ravitaillement. Elu, c’est à Idriss Déby que le président malien Ibrahim Boubacar Keita rendra sa première visite officielle en signe de gratitude.

Selon Guy Gweth, président du Centre africain de veille et d’intelligence économique, « la communauté des investisseurs et des amis du Tchad interviewés est quasiment unanime : même si de nombreux efforts restent à faire, après 26 ans, dans les domaines de la justice, de l’éducation, des infrastructures et de l’attractivité du pays, Idriss Déby, le guerrier stabilisateur d’Afrique centrale, peut signer le début d’un nouveau Tchad. Un résultat pour le moins renversant lorsqu’on connait les leçons de morale délivrées par les gouvernements des acteurs intéressés par le marché tchadien. »

« Il faut peut-être rappeler, poursuit Gweth, que dans le domaine des affaires non pétrolières, Déby a favorisé l’entrée des Chinois de Huawei dans les Télecoms, CGCOC dans le BTP, la Société Chinoise d’Ingénierie et des Machines pour l’installation du réseau électronique, ou encore la Société Chinoise de Construction des Routes et des Ponts pour la mise en place des aéroports, pipelines et chemin de fer. Ces entreprises sont les concurrentes directes de sociétés françaises qui y régnaient en maîtres. »

Conçu il y a 8 ans, et mise à jour 7jours/7, grâce à des données et à des informations provenant des recherches primaires et secondaires, des bases de données commerciales et des décryptages effectués en interne par des analystes confirmés, Knowdys Database est l’allié incontournable des entreprises désireuses de s’implanter en Afrique subsaharienne et au Tchad en particulier. Pour booster la compétitivité des acteurs économiques qui lui font confiance, Knowdys Consulting Group produit, à la demande, des notes et des rapports à haute valeur ajoutée dans 12 secteurs clés de l’économie africaine : agroalimentaire, assurance, aéronautique, automobile, énergies, banques, BTP, défense, éducation, industrie pharmaceutique, matières premières et Télécoms. Pour commander des études de marché ou des missions de due diligence au Tchad, visitez knowdys.com.

La Rédaction

1 COMMENTAIRE

  1. J’ai lu attentivement votre analyse et j’ai bien compris que selon vous, c’est la France qui a fait Déby, le façonne et ainsi donc peut disposer du destin des tchadiens. Idriss Deby Itno vient de remporter une victoire contestée par l’opposition (pas toute) avec environ 60% de suffrages exprimés. Cest donc une certitude que la majorité des tchadiens, bien au fait des enjeux réels du développement de leur pays, intimement liés à des défis sécuritaires, ont décidé que IDRISS DEBY ITNO demeure l’homme de la situation et lui ont accordé leur confiance. Lui seul possède, pour l’heure, les qualités et les atouts nécessaires pour restaurer l’autorité de l’Etat, dénominateur commun de tous les problèmes soulevés par le peuple. Ce 8 août 2016, date de l’investiture, marquera sans nul doute le début d’une ère nouvelle pour le pays, l’ouverture de la voie pour le tchadien du 21ème siècle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici