[Africa Diligence] Chefs d’État et de gouvernement ont fait le déplacement du Forum Africa, à Charm el-Cheikh, les 8-9 décembre 2018, à côté de nombreux industriels africains. A l’ordre du jour : promotion de l’intégration régionale au moyen des investissements, collaboration transfrontalière, et… l’épineuse question du financement des startups dont le potentiel n’a de cesse de grossir.

A l’occasion de ce Forum, la Société financière internationale (SFI) a lancé l’initiative « Les 100 prochaines startups africaines ». Une suite d’autant plus logique que la SFI a dépensé 100 millions de dollars dans les startups du continent ces cinq dernières années et entend développer cet effort, selon les responsables de l’institution.

Alors que la Banque mondiale aide les Etats, la SFI quant à elle aide les entreprises. Partant du constat que 90 % des emplois en Afrique sont créés par les petites et micro-entreprises, la SFI entend soutenir les jeunes pousses. En cinq ans, 100 millions d’euros ont été investis dans les startups africaines. « Là, je viens de signer deux ‘deals’. Un d’un million avec une startup égyptienne et un de six millions avec une startup au Nigeria », explique Philippe Le Houérou, directeur général de la SFI.

Mais la SFI ne peut pas tout faire. Elle n’intervient notamment pas dans les tranches de crédits compris 50 et 500 000 dollars. Or cette tranche est indispensable pour les entreprises qui démarrent. Il faut donc attirer les banques et les fonds d’investissement. « Il faut être beaucoup plus proactif que l’on ne l’a été dans le passé en travaillant avec des Ventures Capitalists Funds insiste Philippe Le Houérou.

La SFI fait aussi du plaidoyer auprès des gouvernements africains, afin ces derniers soutiennent les startups et les incubateurs en mettant en place des incitations fiscales et des législations adaptées, ce qui manque encore cruellement aux entrepreneurs.

Le Forum Africa 2018 est organisé par le ministère égyptien des Investissements et de la Coopération internationale et l’Agence régionale des investissements (RIA) du COMESA. L’édition 2018 déroule est placée sous le haut patronage d’Abdel Fattah Al-Sissi. Les éditions précédentes de ce forum ont vu la participation de 11 chefs d’État et plus de 4.000 délégués provenant de plus de 80 pays, d’après les organisateurs. Cette année, le Forum a notamment prévu une journée visant à impliquer davantage les femmes dans les décisions, des tables rondes présidentielles réunissant des dirigeants africains et des PDG, ainsi qu’une Journée des jeunes entrepreneurs.

La Rédaction (AfricaForum2018 et Knowdys Database)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici