[Africa Diligence] Standard Chartered vient de publier son Trade20 Index, l’étude qui identifie les 20 économies mondiales au plus fort potentiel de croissance commerciale. La Côte d’Ivoire et le Kenya sont en pole position. Qu’est-ce qui explique la place de ces deux pays africains à un tel niveau de performance ?

Premier dans l’indice du commerce de Standard Chartered fraîchement publié, la Côte d’Ivoire apparaît comme le pays au plus fort potentiel de croissance commerciale future au monde. Le Kenya arrive troisième du Trade20 Index, derrière l’Inde et devant la Chine.
Pour arriver à ces conclusions, les experts de la banque britannique ont analysé 66 économies à travers le monde, dont 14 en Afrique. Le potentiel de croissance du commerce dans chacune de ces économies a été déterminé sur la base de trois critères. D’abord le dynamisme économique qui prend en compte la croissance du PIB, la croissance du volume des exportations, ensuite la préparation au commerce pour évaluer jusqu’à quel point le marché local dispose d’assises solides pour soutenir la croissance commerciale future. A ce niveau, les analystes ont notamment regardé la qualité des infrastructures, la pénétration du commerce électronique ou les conditions du Doing Business. Le troisième est spécifiquement celui de la diversification des exportations.

Le Trade20 révèle que les principaux marchés de la région Asie-Pacifique, de l’Afrique et du Moyen-Orient affichent des progrès particulièrement impressionnants dans le potentiel de croissance du commerce. Les marchés émergents plus petits tels que la Côte d’Ivoire, le Kenya et Oman sont sur une trajectoire ascendante, progressant à partir d’un point de départ relativement bas, commente José Vinals, président de Standard Chartered.
Une croissance du PIB supérieure à 7% en Côte d’Ivoire.

La Côte d’Ivoire doit son classement à la manière par laquelle elle est passée, en l’espace de sept ans, d’une économie déséquilibrée par la crise sociopolitique à l’économie la plus dynamique d’Afrique francophone. Même si la Côte d’Ivoire devra faire l’effort de maintenir un trend haussier de ses Investissements Directs Etrangers (IDE), les analystes de Standard Chartered s’attendent à ce que la croissance du PIB dans ce pays ouest-africain reste au-dessus des 7% au cours de la prochaine décennie.

« Comparée aux autres économies africaines, la Côte d’Ivoire dispose d’infrastructures relativement développées. Abidjan, le principal centre urbain de ce marché, a étendu son port et son aéroport, renforçant ainsi sa position de pôle d’affaires clé pour l’Afrique de l’Ouest. L’augmentation des dépenses publiques a stimulé l’industrie manufacturière du marché et l’administration s’efforce également d’améliorer le climat général des affaires », commentent les auteurs de l’étude.

Le Kenya fait la part belle aux investissements dans les infrastructures

Le Kenya, quant à lui, mange les fruits de ses récents investissements dans les infrastructures qui ont boosté sa préparation au commerce international, estiment les experts à l’origine du Trade20 Index. En outre, « Big Four Agenda » nourrit également l’optimisme autour du potentiel du Kenya dans le commerce mondial, selon le rapport. Pour rappel, ce vaste plan de développement annoncé par le président Uhuru Kenyatta fin 2017 vise à inscrire le Kenya dans le cercle encore fermé des pays émergents d’ici à 2022. L’un des principaux objectifs de cette stratégie est de faire de l’industrie manufacturière le principal pourvoyeur de richesse. En revanche, estime le rapport de Standard Chartered, l’Etat devra maintenir son endettement à un niveau acceptable et le secteur privé aura besoin du coup de pouce des banques via un allègement des taux d’intérêt, afin de faciliter davantage le financement des PME et PMI. Pas plus tard que fin août dernier, le chinois Sunda y lançait une usine de couches pour bébés, présentée comme la plus grande d’Afrique de l’Est.

La Rédaction (Avec Pana Press et HMB)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici