[Africa Diligence] Ce sera l’une des grandes attractions des Etats Généraux de l’Intelligence Economique (EGIEA) prévus les 29 et 30 avril 2019 à Dakar au Sénégal. A cette occasion, S.E.M. l’ambassadeur Cheick KEITA dévoilera officiellement les objectifs, la stratégie, l’architecture et les actions de l’Observatoire Panafricain du Numérique et du Digital, sous l’égide du CAVIE.

 « Quand nous parlons d’internet et du numérique en Afrique, les décideurs comprennent aujourd’hui que la problématique et les enjeux vont bien au-delà qu’une simple ouverture au monde extérieur. En effet, sur un continent où la percée du digital et des NTIC figure en tête de liste des enjeux de la décennie, la révolution numérique n’est plus la seule affaire des communicants ou d’une jeunesse ‘avant-gardiste’. Elle est devenue une affaire économique, et qui dit affaire économique dit affaire d’Etat(s) », souligne Delali ATTIOPOU, présidente de la Commission Communication et Compétitivité du Centre Africain de Veille et d’Intelligence Economique (CAVIE).

Dans un monde où l’économie numérique constitue plus d’un quart des échanges, acteurs du secteur public et privé s’entendent pour dire que l’essor de l’économie africaine passera par le numérique. C’est l’affaire de tous ; et pour cela chacun affute ses armes, planifie, investit.

Trois grands courants se démarquent déjà sur le continent :

  • Les centres d’appels avec le Maroc, la Tunisie, Madagascar et l’île Maurice
  • Les pôles de recherche et d’innovation dont les locomotives sont le Nigeria, l’Afrique du Sud, le Kenya et plus récemment le Ghana
  • Les incubateurs de start-ups, enfin, que sont la Tunisie, le Rwanda et la Côte d’Ivoire

Ces percées sont le fruit d’une synergie entre plans gouvernementaux visant à se doter d’infrastructures tout en investissant parallèlement dans la recherche et développement et une véritable mobilisation d’acteurs privés voulant adapter leur offre et surfer sur la vague pour couvrir de nouveaux besoins.

« Pour autant, transformer ces débuts prometteurs en véritable progrès économique, ne pourra se réaliser sans une participation active des acteurs de l’intelligence économique et de la veille stratégique, dans leur rôle d’observation et de prévision des opportunités mais aussi des risques et menaces présents sur les marchés africains », insiste Delali ATTIOPOU.

C’est dans ce contexte que le Centre Africain de Veille et d’Intelligence Stratégique, présidé par Guy GWETH, accueille, en son sein, l’Observatoire Panafricain du Numérique et du Digital (OPND) piloté par S.E.M l’ambassadeur Cheick KEITA, président fondateur de CIDIGA (Chambre d’Initiatives pour le Développement des Investissements des Groupements en Afrique), président de l’incubateur « Bridge of Innovation » et du réseau d’affaires « Open Business Africa ». M. KEITA est très actif au sein de « Africa Synergies International », premier réseau panafricain de business Angels.

L’OPND sera présenté à la presse lors des premiers Etats Généraux de l’Intelligence Economique Africaine, organisés par le CAVIE, à Dakar, les 29 et 30 Avril 2019.

La Rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici