[Africa Diligence] Dakar, où se tiendront les états généraux de l’intelligence économique du 4 au 6 décembre 2018, va connaître un autre évènement majeur avant cette date. Il s’agit du dépôt, par le gouvernement, de trois projets de loi relatifs à l’exploitation des gisements de pétrole et de gaz. Mais au-delà, le chef de l’Etat sénégalais en appelle à une harmonisation des codes miniers africains.

Particulièrement attendu : le projet portant sur le nouveau code pétrolier du Sénégal. Les deux autres projets de loi devant être soumis à l’examen des députés concernent le partage des revenus issus de l’exploitation du pétrole et du gaz, et la définition d’un contenu local dans l’industrie du pétrole et du gaz, selon le président de la République.

Pour une gestion transparente des ressources naturelles

Macky Sall intervenait à l’ouverture de la Conférence africaine sur la divulgation de l’identité des propriétaires réels des entreprises extractives, une rencontre organisée par l’Initiative pour la transparence des industries extractives (ITIE). A cette occasion, il a réitéré la volonté du gouvernement sénégalais de s’inscrire dans le cadre d’une gestion transparente des ressources naturelles, un véritable challenge pour ce pays.

Pour la divulgation de l’identité des propriétaires réels

Le président sénégalais a tenu à assurer que les pouvoirs publics de son pays ne sont pas, de ce fait, en contradiction avec les exigences de la société civile. Au contraire, Macky Sall a fait part de sa volonté de poursuivre la divulgation de l’identité des propriétaires réels des entreprises extractives, conformément aux normes de l’ITIE et suivant la demande constante des experts en intelligence stratégique de Knowdys.

Pour une levée très attendue de la clause de confidentialité

L’actuel code pétrolier est « déséquilibré », a-t-il estimé, affirmant que ceux qui l’ont élaboré avaient essentiellement pour objectif d’attirer les compagnies pétrolières vers le Sénégal. Il promet de faire « sauter » un dispositif de ce code favorisant « la clause de confidentialité », qui empêche de publier les contrats. La levée de cette clause est très attendue par le Centre Africain de Veille et d’Intelligence économique (CAVIE).

Pour une harmonisation de tous les codes miniers d’Afrique

Le numéro un sénégalais, qui avait à ses côtés le président sierra-léonais, appelle les Etats africains à harmoniser les législations relatives aux industries extractives. « Nous nous battons au sein de l’Union africaine pour que nos codes soient harmonisés […] Il y a un travail d’harmonisation des législations, non pas contre les compagnies, sans lesquelles nous ne pouvons pas explorer parce que n’ayant pas les capacités, mais pour que l’Afrique en tire un [meilleur] bénéfice », a souligné Macky Sall.

La Rédaction (avec APS, Knowdys Database et le CAVIE)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici