(Africa Diligence) Le Malawi fait partie des pays les moins avancés. Dans la lignée de l’amélioration de la production, la croissance a accéléré en 2013 (+5%) et devrait continuer dans ce sens en 2014 (+6.1%). Malgré une politique monétaire restrictive, le taux d’inflation reste très élevé (27.7% en 2013), notamment du fait de la dépréciation du kwacha. À court terme, et selon les experts en intelligence économique (IE) d’Africa Diligence, le Malawi devra principalement consolider sa stabilité macroéconomique et renforcer sa gouvernance, tout en rendant son environnement des affaires plus propice à l’investissement du secteur privé, afin de parvenir à une croissance soutenue et inclusive.

Selon les estimations, la croissance du produit intérieur brut (PIB) réel a rebondi à 5% en 2013, contre 1.8% en 2012, principalement grâce à une bonne récolte de tabac et une solide reprise de la croissance des activités manufacturières, de la construction, ainsi que du commerce de gros et de détail. La production de tabac s’est accrue, passant de 79.8 à 168.6 millions de kilogrammes, sous l’effet de la hausse des prix d’enchères qui a suivi la dépréciation de la monnaie nationale, le kwacha malawien (MWK).

La vive reprise de la production de tabac a stimulé la croissance de l’ensemble du secteur agricole, passée à 5.7% en 2013, après une contraction de 2.3% en 2012. La croissance de la production des industries manufacturières a augmenté pour atteindre 6.2%, contre -1.3% l’année précédente, grâce à une amélioration de la disponibilité des devises. L’expansion de la production agricole a contribué à la reprise des activités manufacturières, en particulier de l’agroalimentaire.

Si le Malawi est en bonne voie pour atteindre quatre des huit objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), il peine à atteindre les cibles des OMD relatives à l’éducation primaire universelle, ainsi qu’à faire reculer les inégalités hommes-femmes et la mortalité maternelle. Pour ce qui est du Rapport Doing Business, le Malawi est classé 171e en 2014 soit une variation dans le classement de -10 places par rapport à 2013. Transparency international le classe 91/ 177 pays évalués, selon son Indice de perception de la corruption.

Selon les projections de la Banque africaine de développement, la croissance du PIB réel du Malawi devrait ressortir à 6.1% en 2014 et s’accélérer encore à 6.2% en 2015. Ces perspectives favorables présupposent que les indicateurs macroéconomiques restent stables, que les cours du tabac soient élevés, qu’il y ait suffisamment de devises disponibles, que les conditions météorologiques soient favorables et que le climat des affaires continue de s’améliorer.

Les réformes macroéconomiques mises en œuvre par le Malawi dans le cadre du Plan de redressement économique (PRE) ont commencé à porter leurs fruits, comme en témoignent la plus grande disponibilité des devises et l’amélioration des incitations pour les producteurs de biens d’exportation.

Le panier des exportations du Malawi est dominé par les biens primaires, mais la mondialisation a fait apparaître des opportunités d’exportation de produits transformés. Le pays ne s’est pas encore repositionné de manière à exploiter les opportunités qui lui permettront de s’intégrer aux chaînes de valeur mondiales (CVM).

Les obstacles à l’intégration aux CVM sont : la mauvaise qualité des infrastructures, la faiblesse des compétences et un climat des affaires peu propice. Les autorités gouvernementales sont en train de mettre en œuvre la Stratégie nationale pour les exportations, dans le but de renforcer la compétitivité des exportations et de promouvoir celles des produits agricoles transformés, en vue d’une intégration dans les chaînes de valeur régionales et mondiales.

(Knowdys Database, avec Perspectives économique en Afrique et Banque mondiale)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici