(Africa Diligence) Notre sélection de la semaine en matière de veille et d’intelligence économique : les pratiques d’intelligence stratégique chez Knowdys ; la pratique de l’Astroturfing ; les enjeux de la veille technologique ; les entreprises face aux faux ordres de virements ; l’Innobaromètre 2014 ; l’augmentation des cyberattaques et le droit à l’oubli sur Internet.

« Knowdys Intelligence Stratégique : l’expérience du futur »

Lu dans Africa Diligence

A l’occasion du lancement de son nouveau site Internet, le Cabinet Knowdys, leader du conseil, de la formation en intelligence économique et de la due diligence en Afrique depuis une demi-douzaine d’années, nous renseigne sur son cœur de métier : 1) les pratiques d’intelligence stratégique afin de permettre à ses clients de résister à la concurrence, de protéger leur réputation, d’évaluer leurs forces/faiblesses et d’anticiper les tendances futures du marché. 2) Les pratiques de due diligence afin de prémunir ses clients contre tout risque de tromperie à travers la due diligence opérationnelle, commerciale, financière, juridique et qualité. 3) Les pratiques de lobbying, car pour Knowdys, il est possible d’influencer la décision publique en Afrique de manière légale et professionnelle.

« Astroturfing : Enjeux, pratiques et détection »

Lu dans Infoguerre

Comment se manipule l’opinion sur Internet ? L’Astroturfing est une technique qui permet de répondre à cette question. Elle consiste à simuler la spontanéité d’un mouvement. Les mobiles de ceux qui se livrent à ce type de pratique sont politiques et économiques. L’intention est de justifier une prise de position en s’appuyant sur ce qui semble être la manifestation d’un sentiment de la majorité. Choisi pour venir en appui à une stratégie de communication, l’Astroturfing peut aussi être subit quand l’adversaire croit, à tort, que sa démarche s’appuie sur une adhésion générale. A partir du moment où les consommateurs prennent leurs renseignements sur Internet, cette source peut être influée. L’enjeu va donc être de détecter et contrer ces pratiques pour connaitre la réalité de l’adhésion en faveur d’une idée ou d’un produit.

« Survivre grâce à la veille technologique »

Lu sur Tout sur le Webmarketing pour PME et TPE

Il existe de nombreux avantages de faire de la veille technologique. Les possibilités pour en tirer profit sont infinies. Pour cela, il faut avoir un regard positif du flux d’informations qui semble nous inonder. Ainsi, le point de départ serait de définir les objectifs et organiser votre veille. La première étape consiste alors à constituer des sources : les réseaux sociaux comme Twitter, Facebook ou Google+ sont des compléments aux flux RSS, alertes Google. Ils permettent de rester focus sur votre recherche et de ne rien laisser passer, l’idée étant d’obtenir les informations les plus pertinentes. Ensuite, il vous faut filtrer les informations. Ici, il s’agit de trier et d’archiver le contenu dont vous avez besoin autour des thèmes que vous définissez. Enfin, rediffusez le contenu. Votre veille doit vous permettre d’être au premier plan des informations.

« Entreprises : attention aux FOVI… »

Lu dans Drakkar Online

Les entreprises sont de plus en plus victimes de faux ordres de virements internationaux (FOVI). Cette escroquerie en plein essor aurait permis de détourner près de 250 millions d’euros depuis 2010 en France. Cette arnaque débute souvent par un coup de fil à une entreprise en fin de semaine généralement. Ces experts en manipulation mentale vont réussir à soutirer sans contrainte un maximum d’informations stratégiques qui en principe, n’auraient jamais dû sortir de la sphère de l’entreprise et qui constituent une menace à partir du moment où elles tombent en de mauvaises mains. Pour s’en prémunir, il faut donc établir et respecter les règles de confidentialité, et mettre en place un circuit de validation des ordres de virement au sein de l’entreprise. Même si elles peuvent paraître contraignantes, ces mesures représentent des remparts efficaces face à de telles menaces.

« Le manque de financement empêche les entreprises de tirer parti de leurs innovations »

Lu dans Commission Européenne

Selon l’enquête « Innobaromètre 2014 » sur le rôle des financements publics dans la commercialisation des innovations, il ressort que la plupart des entreprises européennes n’ont pas reçu d’aide financière publique pour la recherche et le développement ou pour d’autres activités innovantes depuis janvier 2011. L’accès au financement reste le principal obstacle que ces entreprises rencontrent pour la commercialisation de leurs produits ou services. L’innovation joue un rôle essentiel dans le maintien et l’amélioration de la compétitivité et de la croissance globales en Europe notamment. L’Innobaromètre est publié depuis 2001.

« Les cyberattaques montent en puissance »

Lu dans Bilan

Révélée le 6 avril 2014, «Heartbleed», la faille majeure de sécurité informatique qui a touché plus d’un demi-million de sites, a soufflé un vent de panique parmi les entreprises. L’interdépendance des entreprises intensifie donc les assauts contre les infrastructures informatiques dans le monde. Le groupe de distribution américain Target par exemple, a récemment subi un piratage massif de données personnelles et bancaires : jusqu’à 110 millions de clients étaient concernés. D’après la cartographie en temps réel de la société Kaspersky Lab, la Suisse occupe la 36e position (début mai 2014) des pays les plus touchés par la «cyber-guerre» à travers le monde. Comme un impératif, les Etats et aussi les entreprises, doivent saisir les enjeux de la maîtrise des cyber-risques.

« Google vous permet d’ « oublier » certains résultats de recherches »

Lu dans Le Figaro

Les citoyens européens peuvent désormais demander au moteur de recherche Google de supprimer des résultats de recherche « inappropriés » qui les concernent. Après la sanction, la réaction. En effet, suite à une décision de la cour européenne de justice en faveur du « droit à l’oubli » sur internet, Google a lancé le 29 mai 2014, un service en ligne destiné aux citoyens européens souhaitant obtenir la suppression de résultats de recherches qu’ils jugent inappropriés. Les internautes sont invités à y indiquer les liens qu’ils souhaitent voir désindexés du moteur de recherche. Sur ce point, on peut voir une issue suite au conflit sur les données privées, exacerbé par le scandale des écoutes de la NSA, qui a mis au jour un vaste système de surveillance des conversations téléphoniques et de l’activité numérique aux Etats-Unis et dans de nombreux pays étrangers.

La Rédaction

– Rejoignez Africa Diligence sur Facebook

– Suivez Africa Diligence sur Twitter

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrer votre commentaire!
Veuillez entrer votre nom ici