Guinée Conakry : l’entreprise à portée de main

[Africa Diligence] Parmi les pays les moins avancés, la Guinée Conakry fait figure de pépite pour les investisseurs étrangers. A la faveur de plusieurs réformes courageuses, le pays attire aussi les entrepreneurs dans les secteurs non-miniers. Avec l’instauration d’un guichet unique au profit des créateurs de richesses, l’entreprise est à portée de main.

Un code des investissements incitatif et attrayant

D’après le code des investissements de la Guinée Conakry, toute personne d’origine guinéenne ou étrangère est libre d’entreprendre sur le territoire une activité commerciale, industrielle, minière, agricole ou de service, dans le respect des lois et règlements du pays.

Il est garanti aux personnes physiques et morales ayant procédé à un investissement de capitaux provenant de l’étranger, le transfert en devises convertibles des revenus et des produits de la liquidation de cet investissement dans le pays de leur choix.

Sauf indications contraires des lois et règlements du pays, les personnes physiques et morales étrangères régulièrement établies en Guinée reçoivent le même traitement que les ressortissants guinéens eu égard aux droits et obligations relatifs à l’exercice de leurs activités.

Le code des investissements guinéen garantit également à toute personne procédant à la création d’une entreprise ou à l’extension d’une entreprise existante le bénéfice des avantages fiscaux associés à un ou plusieurs régimes privilégiés. L’investisseur bénéficie de ces avantages si l’activité entreprise ou son extension contribue à la réalisation de l’un ou de plusieurs des objectifs prioritaires de développement économique et social suivants: assurer la création d’emplois pour les nationaux et un développement, harmonieux de l’économie.

Un climat favorable au développement du secteur privé

Dans le souci d’améliorer son environnement des affaires en facilitant la création des entreprises, le gouvernement guinéen a procédé à la création de l’Agence de Promotion des Investissements Privés (APIP).

Principal organe chargé de la création des entreprises dans le pays, l’APIP a pour rôle de faciliter les procédures et démarches administratives notamment à travers le Guichet unique et de délivrer aux investisseurs les autorisations d’exercice dans les secteurs d’activités conformément à la réglementation en vigueur. Elle a pour mission d’encourager et de soutenir le développement des investissements directs étrangers et nationaux.

Les investisseurs ont libre choix entre plusieurs formes juridiques. Le droit guinéen prévoit les formes de sociétés suivantes : la Société anonyme (SA), la Société à responsabilité Limitée (SARL) la Société à participation, la Société de fait, le Groupement momentané d’entreprises, la Société à objet particulier, la Société coopérative et la Société à nom collectif (SNC).

D’après le rapport Doing business 2015 de la Banque mondiale, la création d’une entreprise en Guinée se fait en 6 étapes pendant une durée de 8 jours. Des procédures digestes comparées à celles de la moyenne subsaharienne (7,8 étapes pour une durée de 27,3 jours).

Étapes de création d’une entreprise en Guinée

  1. Déposer le capital initial exigé par la loi dans une banque et obtenir des preuves de dépôt
  2. Vérifier l’unicité du nom de l’entreprise
  3. Préparer les actes et les statuts de l’entreprise avec le notaire
  4. S’inscrire au Guichet unique (APIP) pour obtenir l’enregistrement de l’entreprise, l’enregistrement fiscal, et l’enregistrement de la sécurité sociale, payer les frais
  5. Faire une notification à l’Agence Guinéenne pour la Promotion de l’Emploi (AGUIPE)
  6. Faire un sceau de la société.

Un pays aux ressources multiples

Considérée comme un « scandale géologique » dans la sous-région, la Guinée Conakry renferme d’importantes ressources minières dont les réserves fabuleuses sont encore très peu exploitées. Le pays est le premier producteur de bauxite et dispose d’environ 2/3 de réserve mondiale (29 milliards de ressources identifiées). La Guinée Conakry possède aussi des réserves considérables d’or, de diamant, de manganèse, de nickel et d’uranium.

Le pays dispose par ailleurs d’un potentiel agricole important encore peu exploité avec des conditions naturelles propices à la culture d’une gamme variée de produits agricoles. Le potentiel en terres arables est évalué à 6,2 millions d’hectares, dont 25% sont exploités.

Jeanne Ekassi (avec Knowdys Database, BM et APIP)

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.